• Accroches- toi la mort est proche!

     

  •               Je suis la plus timide de toutes, la plus intelligente (surdouée), je n'existe que pendant les cours. Presque transparente quand on prononce mon prénom il y a toujours cette phrase qui reviens: "C'est qui cette filles?" Personne ne me remarque ou me reconnaît sauf les professeurs pour mes notes. Je parle 5 langues: Anglais, Français, Italiens, Espagnol et Russe. J ne compte pas le japonnais car c'est ma langue maternel. Mes parents sont riches très riches. Je suis filles unique et pourtant je ne suis pas heureuse. Toutes les filles rêveraient de vivre à ma place les garçons aussi. Serte j'ai tous ce que je veux, ce qui me plaît....... mais je suis malheureuse. je rêve de vivre dans une vielle maison délabré par le temps. Avoir des problèmes d'argents où parents et enfants ce serre les coudes pour survire. Oui je veux vivre la chaleur familial; c'est ça mon rêve.

     

    Aujourd'hui c'est vendredi et c'est les examen d'admission pour rentrer au lycée car je suis en 3eme et j’espère me faire remarquer à ma juste valeur. Je pourrais me faire des amies, j'ai même déjà choisis le lycée que je voulais intégrer. Il se nomme Seïka un lycée au réussite médiocre (50% de réussite) mais mes parents veulent que j’intègre un lycée prestigieux et luxurieux ou j'aurais pas place niveaux social son nom Miokura il accumulait depuis 1000 ans 100% de réussite dans la société. Les épreuves commença je termina la première épreuve en 1 h 00 alors que d'autre il leur fallu 2 heure. Vu que j'étais plus rapide que les autres ils me mettaient dans une salle appart ou bien évidemment je serais seule au monde.  Je termina les épreuves et rentra chez moi. 1 semaine plus je reçu mon nouvelle uniforme et la lettre d'admission. je sautais de joie.

    Dire que dans 3 jours je rentre dans mon nouveau lycée. Plus que 3 jour et je rentre dans le bonheurs absolut.  Le lendemain j'essayais l'uniforme, il m'allait comme un gant digne de qui je suis c'est impossible que je ne trouve pas un petit ami. Mon seul problème a résoudre pour le moment c'est la beauté je ne suis pas très belle comment vais-je faire?  Soudain mon téléphone sonna je répondu avec pudeur:

    -Allô?

    -Salut je suis un des élèves  de ta classe?

    -Hum........

    -Tu ne te souviens pas de moi rikaru Huto

    -Ah oui celui qui a raté l'examen d'admission tu es le pire des garçon! que me veux tu pour me déranger ainsi?

    -Tu pourrais m'aidé s'il te plaît je ne veux pas redoubler tu vois alors euh.....

    -Crève dans ton coin je ne vois pas pourquoi je devrais aider un misérable avorton de ton genre surtout que tu ne m'a jamais parler avant et tu ne faisais que interrompre le cours alors c'est non crève et demande a quelqu'un d'autre.

    Puis je raccrocha. Je sautais de joie pour la première fois j'ose la voix sur quelqu'un.  Le lendemain je reçois un message sur mon portable.

    C'était une menace de mort. 

    "Chère jeune Fille sache que tu viens de déclarer ton arrêt de mort ou devrais-je dire la vie de ta misérable vie." 

    En voyant cella une seul réaction me viens a l'esprit: éclatée de rire. Depuis 4 ans je me sentais bien dans ma peau je me redécouvrais enfin ma vrai personnalité ressortais. Celle d'une masochiste,  prétentieuse,  et autre.

    J'étais tellement heureuse que je décide de sortir dans la rue. J'ouvre mon armoire mais aucun vêtements que je qualifierais  de beau n’existe je n'est que des habit de "vielle".  Je pars donc dans la chambre de ma mère et lui prend une robe avec des chaussures a talon je ressemblais a une vrai lycéenne. Je lui prend un sac à mains par la même occasion et sort dehors.  Arrivée dehors un groupe de garçon pas très loin m'observée j'en profitais pour les séduire de loin et allait m'entraîner dans une ruelle sombre. Il me suivait cella merveilleux. Le plus grand de leur bande devez être le chef il s'approche de moi et me plaque au sol je ne m’attendais pas à ça. Sa mains caressa ma jambe droite, sa mains passa sous ma robe puis il se pencha vers moi pour m'embrassait  et je pris ma mon sac discrètement un couteau suisse que je cachait dans ma mains droit  et ne pas casser ma couverture ma mains droite s'agripper a son dos et je poussa un petit gémissement. Je jouais la comédie. Je le laissa s'amuser avec mon corps pendant une bonne demie heure. Il m'embrassa, roula sa langue avec la mienne, me tripota dans tout les sens au bout d'un moment j'en avais marre de m'amusée avec lui j'ouvrais discrètement mon couteau suisse et le lui planta dans le dos. Il cria.

    -Aaaaaaaaaaaaaaaaah putain mais qu'es ce que......

    Je retiras le couteau de son dos le fais tourné dans l'autre sens pour que ça sois lui qui se retrouve a terre et le lui plante dans le cœur et lui donna 5 coups de couteau à la suite les autres me regardés a peur.

    -Ecoutez-moi si vous voulez rester en vie ne dite rien à personne sinon votre vie en dépendra.

    Je me dégageais du corps il était mort je leur demanda de cacher son corps et pour les effrayer encore plus j'entaillais le bras qu'un des gars ils avaient maintenant vraiment peu.

    -Cachez le corps et si vous êtes interpellés par la police trouvés une excuse mais si je vais en prison je me chargerais personnellement de votre mort es ce claire?

    Ils hochèrent la tête et repartir en voiture avec le corps. Je me mis a rire tellement fort que j'en pleurais.  Puis je regardais la robe elle était tachée de sang alors je rentra chez moi.  

    ********

    Le lendemain en me réveillant je constate que sur mon bureau ma mère m'avait laissait ça mallette a maquillage. Je l’ouvris et commencer à me maquiller. En me regardant dans le miroir j'étais prête à séduire tout les garçon du lycée.  En arrivant au lycée une dizaine de garçons ce retourna et accourra jusqu’à moi un petit groupe de filles aussi.

    -Salut ma belle tu veux que je porte ton sac?

    -Non c'est a moi qu'elle veut!!

    -non moi

    -non moi pas toi gros naze

    .......Ainsi de suite ils se disputèrent pour moi. 

    Le groupe de filles s'approche puis elles reculèrent, l'une d'elle s'avance et vient vers moi.

    -Toi!!! en me pointant du doigt.  

    Je la regarde amusée.

    -qui a-t'il? dis-je en me passant la main dans les cheveux. 

    Elle s'approcha grogna et retourna avec ses amies. Elle me regarda et je lui lança un sourire en coins.  Je suis si heureuse dans mon nouveau moi. Qui aurait truc que je finirais ainsi? J'allais jusqu'aux casiers ou il faut mettre des chaussons. Les garçons du lycée se mire tous à côté de moi à me regardée mettre mes chaussons, l'un prend mon sac l'autre range mes chaussures. Ils m'accompagnent dans la salle de classe.  Je m'assois à ma place et comme je mis attendais tous les garçons se sont mis autour de moi. Les filles me dévisagèrent énervées l'une d'elle avait une larme qui coulée. Je la regardais baisser la tête puis la regarda de nouveau. La sonnerie sonna je  pris mes affaire  et accourra vers elle.

    -Salut moi c'est Sayu kanô. Je lui adressais l'un de mais plus beau sourire.

    Elle me dévisagea comme si j'avais commis un acte déplaisant.

    -moi c'est........ Roukia Couchika. Me dit-elle triste  même si elle tentait de sourire.

    je voyais qu'elle se forçait.

    -ne te force pas de sourire avec moi je vois ce que tu ressens. J'ai étais comme toi autre fois. A une époque j'aimais un garçon qui ne m'aimais pas mais qui n'avait Dieu que pour Haru jitanofuka une déesse. Ces longs cheveux blond, ces long cils, sont visage d'ange, la peau blanche et sont air inoffensif. Bref elle avait tout pour plaire. Et celui que j'aime ne vivais que pour elle. Et quand j'ai voulu lui avouée  mon amour il ne même pas reconnu alors qu'on était dans la même classe depuis 2 ans.

    Elle me regarda attrister. Je lui adressais un jolie sourire. Elle me regarda émerveillée puis elle ajoute:

    -tu sais je ne pleurais pas parce que j'aimais une personne non loin de la, dit elle  avec sourire, je t'en vis car tu est jolie, directe, tout a pour plaire la preuve les garçons sont toujours près de toi. 

    -oh il fallait me le dire mais tu sais je peux te rendre jolie moi aussi viens suis moi.

    On se mît a dévalées les escaliers du lycée j'ouvrais la porte on éclater de rire en même temps oui j'avais une amie une vrai. On courait jusque chez moi une fois arrivé chez moi je la maquille, rétréci sa jupe lui coupe les pointe des cheveux lui fait une frange et elle était magnifique plus belle que moi. Je lui retire son pull et je fus surprise de voir sous son pull qu'elle avait une poitrine généreuse, j'étais surprise elle me regarde.

    -euh.... Ne regarde pas ma poitrine j'en suis complexée ....

    -complexer? Tu blague la elle est magnifique tu vas attirée tous les mecs comme ça et puis je vais te confier un secret il faut toujours avoir de jolie poitrine comme toi demain tu vas voir. Mais maintenant trêve de bavardage viens suis moi je vais te montrer quelque chose et aussi mon secret. 

    Je lui prends la mains et l'entraîne dans une ruelle sombre. Je lui murmur à l'oreille :

    -on est suivis. 

    'Elle me regarde inquiète la peur sur le visage dans les yeux et la chaire de poule jusqu'aux os. L'homme en question se voit démasquer  et il  court jusqu'à nous il prend ma ma copine et la mais à terre. Il commençait à lui tripoter la poitrine.

    -non arrêter. Arrêter s'il vous plait , je vous en supplies par pitié arrêter sa.

    Il enleva sa main gauche pour la glisser sous sa jupe. Moi je regardais joyeuse de la nouvelle proie. Je recule dans l'ombre regarde dans mon sac et en sort mon couteau suisse qui l'avait servit à tuer l'autre garçon de l'autre fois. Je le sors de mon sac l'ouvre. Et mon côté de tueuse criminel prend le dessus. Je cours jusqu'à l'homme en question te le poignarde de plein fouet . Et je finis par lui couper la tête. Mon amie me regarda. J'avais du sang sur le visage je le lécha avec ma langue. Mon amie s'approche de moi et me tiens le bras.

    -ne fait pas sa.....

    -il te tripotait et j'aime tuer les gens qui le mérite alors laisse moi faire s'il te plait.

    elle me regarda pas du tout convaincu.  Je lui tends le couteau. 

    -plante le dans le cœur .

    elle prend le couteau s'approche  du cadavre  et le planta dans son ventre 10 fois si j'avais bien compter. Puis elle le relâcha. Et elle ricana  plusieurs  fois et continua de lui planter des coût de couteau. J'ai du l'arrêter  de force en l'enlevant du corps et en la ramenant chez moi. Une fois arriver chez moi je l'amène dans ma chambre l'assois sur mon lit  puis elle fondit en larme, je la pris dans mes bras.  Puis elle me regarda sagement et me dit qu'elle voulait recommencer qu'elle aimait tuer des gens  je la regardais  droit dans les yeux  et lui répondus que c'était d'accord.

                                                              [.......]

    le lendemain  au lycée tout les garçons couraient jusqu'à moi puis roukia arriva et la tout les garçons commencèrent à criait:

    -et regardaient les mecs il y a une beauté fatal la bas vite venais.

    Ils coursèrent tous jusqu'à elle. 

    -salut tes qui?

    -roukia Couchika . Leur dit elle avec un clin d'œil.

    Ils fondirent. 

    -vient chez moi se soir d'accord je te donnerais des cours particulier si tu veux.

    je m'approche d'elle, j'avais devienne son stratagème  je m'approche d'elle et lui dit a voix basse:

    -arrête donc sa ta proie dois être une personne qui mérite de mourir pour de vrai c'est claire?

    elle me fit signe de la tête.

    a midi on alla toutes les deux en ville manger dans un fats food. Il y avait une télé et on en profiter pour regarder les information du jour.

    on entendit:

    -aujourd'hui hui nous vous informons que hier soir dans la nuit un jeune homme âgé de 25 ans a était tuer dans une ruelle mal fréquenter. Son corps a était retrouver par un couple. ......

    mon se regarda  et cette fois ci on avait peur. Que vais-je faire je veux pas allais en prison.

    le soir même arrivée dans une ruelle un peu sombre Roukia fu assassinée en rentrant chez elle. Je découvris son corps en allant chez elle j'avais appelais la police qui mena l'enquête cette fois ci je vais me venger en tuer tout les hommes de la terre.

    JE commençais mon rituelle de criminelle  le soir même il était hors de question rester les bras croisais.  Dans la nuit j'en avais tuée 15 d'hommes et j'étais fière de mon exploit.

    la nuit suivante 14.

    Celle d'après 38 dans une fête.

    3 mois plus tard je comptas le nombre de personnes que j'avais assassinée et j'en vais tuer que........999 hommes j'étais si fière. Dans la nuit je fus réveillée par un bruit plutôt étrange  je sortis de mon lit une jeune femme était la devant moi.

    -tu as tuer celui que j'aimais je t'ai vu mais j'ai rien dis car je voulais te tuer de mets propre mains.

    je pris mon couteau mais je n'avais pas eu le temps elle planta son couteau dans mon ventre. Et le ressort puis le retenter ainsi de suite.  Et le planta puis le replanta du sang giclé de partout elle avait du sang de partout. Les murs était rouge ma robe de chambre aussi puis elle me coupa la tête. 

    Cest ainsi que ma misérable vie se termina dans la mort la plus stupide la plus intrépide mais je savais qu'un jours j'allais mourir. Elle me regarda ma dans le blanc de mes yeux et m'arrache les yeux et découpa chaque membre de mon corps pour en faire de la marmelade .  Ensuite elle finit par le découper la poitrine pour m'arracher les cœur. Enfin elle broya le cœur dans s main droite et elle ricana tellement fort que les parents se précipita dans ma chambre ma mère me découvrit morte complètement...... Démembrer mon père appela la police et ma mère fondus en larme la police arriva et arrêta la jeune fille mais avant que tout se termine a peu près bien la explosa et tout le monde mourra et finia dans les enfer les plus sombre.

    cest ainsi que de finit la vie. Mais elle n'était pas finis tant que se monde existe. 

                                                    THE END

    enfin pas tout a fait mais vous connaîtrez la suite dans: le début du nouveau monde et aussi sa fin. 2


    5 commentaires