• Oto'Mai Analyse

    /!\ Oto'MAI Analyse ?

    Oto' MAI Analyse est un "magasine" numérique où il sera posté ici toute sorte d'article en rapport avec la lecture et plus particulièrement : light novel, romans et mangas. Se sera des critiques que j'approfondirai au mieux avec une simple question "Pourquoi", je ne spoilerai pas rassurez-vois mais dans le doute, je vous l'indiquerais si il le faut dans les articles. Je vous souhaite donc une bonne lecture ! N'hésitez pas à laisser un commentaire, ça fait toujours plaisir, merci.

  • Première impression ?

    La synopsis à première vu nous montre que c'est le genre de manga à priori réduit au cliché shojo type. Le genre où l'héroïne veut rencontrer le grand Amour !! Pour ce qui est des dessins, l'héroïne est particulièrement mignonne et où l'auteur à quelques peu exagérés dans ses expressions pour vraiment montrer qu'elle est mignonne. Quand je regarde les dessins, je vois une fille rêveuse, pleureuse bref la fille shojo type et pour ce qui est du garçon, je le trouve assez bien dessiné même si il a un air un peu fourbe, sournois, le genre de garçon qui ne te met pas vraiment à l'aise dès le début ! 

    So Charming manga de KAWAHARA Kazune, un nouveau shojo pour une auteur encore inconnu en France et qui devra faire ses preuves pour conquérir un nouveau public. Dotant plus que So Charming est un manga nous offrant de la fraîcheur et qui nous apporte un peu de nouveauté dans le domaine du shojo même si c'est surement du vu et revu, selon moi, ce manga à un petit coté attachant avec ces protagonistes mais également son scénario.

     Pourquoi ?

    Tout d'abord faisons une brève analyse des deux premiers chapitres, suivi d'un petit avis personnel du manga.

    Dans le chapitre 1, dès le début on est mit dans le bain, on connait les intentions de l'héroïne mais aussi de son "rêve" à savoir : se trouver un petit copain avant le compte à rebours de la nouvelle année. Malheureusement, elle retombe les pieds sur terre, c'est la désillusion et se rend compte que ce n'est pas simple de le vouloir mais qu'il faut aussi agir ! Car il faut dire qu'elle passait le plus clair de son temps à rêver plutôt qu'à agir et en prenant connaissance de cela elle décide de faire des efforts. Sauf que les efforts quels entreprenants sont maladroit et elle peine à savoir comment faire, heureusement, elle fera la rencontre d'un garçon Naoya qui l'épaulera dans ses recherches. Par ailleurs, on peut voir que les histoires d'amour autour du personnage principal féminin vont à la vitesse grand V, l'auteur veut probablement démontrer la nullité du protagoniste dans la recherche de l'être aimé, ce qui est assez drôle de la voir "galérer". Ensuite, le mot "petit-ami" est très souvent répété ce qui est un peu lourd ! Son entourage de copine qui étaient de base célibataires sont très vite accompagnés pourtant, elles très présentent pour leur amies et font tout pour l'aider à trouver ce qu'elle veut même si cela est assez complexe. 

    De plus, sur le personnage de Naoya, on apprend beaucoup de choses, du moins l'essentiel qui peut nous suffire pour un début de rencontre. Nonoka est assez curieuse vis à vis de se garçon qu'elle rencontre, n'hésitant même pas à lui poser des questions sur son intimité alors qu'ils ne se connaissent pas. On apprend donc de ce personnage qu'il se voit comme un homme libre, j'entends par-là, qu'il fait ce qu'il veut quand il veut et si il le souhaite, c'est un facteur important à ne pas prendre à la légère sur ce personnage, il ne semble pas non plus avoir d'arrière pensée malgré son sourire fourbe collé au visage et que je n'apprécie pas spécialement. On apprend de ce personnage qu'il possède une, ou plutôt la fameuse amie d'enfance, vous savez se personnage que l'auteur glisse au milieu d'un manga pour perturber la relation de nos deux protagonistes principaux et faire resurgir le passé ? Eh bien là, un choix judicieux a été fais par le mangaka ce qui est très appréciable et qui change des shôjos de base tout de même. Le personnage de l'amie d'enfance est présente dès le début et dès le commencement, on peut lire que Naoya a eu une histoire avec elle. J'appuie bien sur le fait que l'auteur à fait un très bon choix de scénario !! Pour ce qui est de leur relation, elle est assez touchante, le protagoniste masculin aime beaucoup taquiner notre héroïne sur son petit ami "virtuel" selon lui. On peut dire que la relation de Nonoka et Naoya est drôle comme sympathique et agréable. Surtout que, notre héroïne est le personnage type du shôjo lambda : la fille mignonne, naïve, forte optimiste, innocente, qui malgré la désillusion blessante elle essaye encore et fait de son mieux sans jamais baisser les bras.

    Pour ce qui est du chapitre 2, Nonoka suit les conseils d'une amie et décide alors de trouver un travail, elle y rencontre un garçon où elle essayera de mettre le grappin dessus malheureusement, elle se fait devancer par une nouvelle recrut féminine ! Ses efforts qui avaient pourtant été vint lui ont servit de leçon selon elle et ne se décourage pas pour autant. On voit dans ce chapitre un rapprochement entre Naoya et elle, qui commencent à se fréquenter en dehors. Ce chapitre est plus cours que le premier je ne peux donc malheureusement pas en dire plus mise à part sur la relation de nos deux protagonistes qui évoluent petit à petit, ils apprennent à se connaître et passe enfin le cape de la simple connaissance à une nouvelle amitié forte et solide mais aussi drôle et touchante comme j'ai pu le dire un peu plus haut.

    Concernant les dessins, je les trouve assez mignon et aussi agréable à voir, l'auteur à son propre style du shôjo. Les filles ont de grands yeux ronds alors que les garçons les yeux petits et sur la longueur. Hors-mis cela, les dessins sont sympathique tout comme le scénario qui apporte un brin de fraîcheur, le premier tome n'est pas un tome d'introduction comme certains autres mangas, dès le départ on apprend plusieurs informations qui sont à la fois importantes et nombreuses par conséquent, je doute que ce soit un manga traînant en longueur avec 19 tomes mais plutôt au minimum 6 tomes et au grand maximum 12 tomes, ce qui est déjà pas mal d'après moi. Pour finir, je dirais que c'est un très bon premier volume, il m'a beaucoup plu même si le synopsis est un peu cliché, dans le manga il n'y en a pas tant que cela je trouve ou alors ils sont bien traités mais aussi cachés !! Mais c'est un manga que je conseille fortement pour tout les grands fans honnêtement de shôjo.

    Voila, je pense en avoir assez dit sur le sujet, j'espère que l'article vous a plu, vous pouvez laisser un commentaire avec votre avis que cela soit du manga que vous avez lu ou de la critique, cela me fera tout de même plaisir et je vous dis à bientôt pour le tome 2 sortant prochainement en librairie (novembre 2017) et une nouvelle critique !


    6 commentaires
  • Elena Ferrante, grande auteur de littérature dont plusieurs ont déjà été traduit en France notamment : L'amie prodigieuse une collection de quatre volumes, Le jour de mon abandon et maintenant Poupée volée un roman très intéressant également. Où sont approche nous plonge dans l'Italie telle que Elena Ferrante la connaît, le roman nous mène dans la peau d'une femme ayant la quarantaine d'année, s'approchant de plus en plus de la cinquantaine. Cette femme nous raconte son passé dans une écriture légère et simple. On assiste à ses tourments de femme.

    Pourquoi ? 

    Tout d'abord, nous avons une femme, âgée de quarante huit ans, professeur à l'université également mère de deux filles Bianca et Marta âgée entre vingt et vingt-deux ans environ, femme divorcée avec aucun remariage à la clé.

    Cette femme nommé Leda nous livre sont combats à la fois de mère mais aussi de femme ! Elle part en vacance pendant l'été, elle décide de partir au bord de la mer, loin de chez elle. Ses filles sont également loin d'elle, près de leur père au Canada. Le roman est écrit avec un point de vu interne, c'est donc cette femme qui nous parle, qui nous offre ses secret petit à petit, de fil en aiguille. Leda est un personnage assez banal, c'est le portrait d'une femme, le portrait de n'importe qu'elle femme ayant du tempérament. Leda, cette femme aux mille tourments, calque son histoire, son passé sur une famille nombreuse de la plage où elle se trouve, une famille Napolitaine. On voit que cette famille lui cause bien des tourment mais aussi des envies car c'est au près d'elle, de cette famille qu'elle observe du bord de sa serviette de plage qu'elle nous parlera de son passé et de sa famille étant plus jeune. On assiste à ce conflit intérieur et plus particulièrement au contacte de Nina et de sa fille Elena dont elle se focalise beaucoup, elle qualifie cette femme de "parfaite" avec son enfant ! Ensuite, elle croit malgré ses quarante hui ans bien tassé, qu'elle a le même pouvoir de séduction que lors de sa jeunesse. Cependant, Leda est une femme froide dans ses propos mais aussi tranchante, elle a beaucoup de regret dont elle prendra conscience durant ses vacances mais aussi le fait qu'elle a eu beaucoup de mal dans l'éducation de ses filles. 

    De plus, l'histoire est agréable tout comme entraînante, c'est un récit lambda qui peut être celui de n'importe qu'elle femme et bien qu'on est pas vécu se qui est écrit, on arrive facilement à se rapprocher de ce personnage, de ressentir de la compassion ou alors de l'attachement. C'est aussi très poignant et touchant de voir une femme débordait qui peinait à élever ses filles qui étaient l'opposées de l'autre et où la jalousie prenait beaucoup de place mais qui pourtant parvient à les faire grandir en refoulant tout ses désirs de femme comme par exemple un remariage (qui n'est pas évoqué). Surtout que, on peut qualifié l'histoire de poignante car tous ce qu'elle aura entrepris dans sa vie se sera terminé d'une manière violente comme par exemple une amitié qui venait de naître ou un de ses rêves.

    Pour ce qui est du titre, "poupée volée", il en est question tout le long du roman, il semblerait que Leda soit comme obnubilée par cette poupée et quelle renferme apparemment un lourd sentiment qu'elle porte en elle et que la poupée résoudrait. Malheureusement, la question "pourquoi l'avoir volée ?" est résolut au fur et à mesure du roman, il faut donc bien être attentif à chaque élément qu'elle raconterait. 

    Pour ce qui est de mon opinion sur ce roman d'Elena Ferrante, sachant que j'ai déjà lu par ailleurs L'amie prodigieuse 1, son style d'écriture reste pour moi très agréable, frai, simple et surtout entraînant à lire, j'ai pu dévorer le roman en seulement deux jours, il m'a captivé à la fois par ce personnage qui se révèle être assez complexe, je n'ai pas pu détacher les yeux, je voulais toujours en savoir un peu plus. Ce fut un réel plaisir de le lire et je le conseillerai à toutes personnes aimant lire des romans s'approchant du réalisme car il faut l'avoué c'est un chef d'oeuvre tout de même ! En bref, je vous le conseille sincèrement car il faut le coup d'être lu. 

    Voilà se sera tout pour cet article, n'hésitez pas à laisser un commentaire avec votre avis cela fait toujours plaisir, on se voit pour la prochaine critique, à bientôt !


    votre commentaire
  • Première impression ? 

    Tout simplement, les dessins m'ont attirés. Comme vous pouvez le voir sur l'image au dessus, c'est de beau dessin  ! Pour ce qui est des couvertures, sachant que c'est un manga en seulement deux volumes, les couvertures sont clairs, simple, belle et attrayante selon moi ! Déjà on voit sur les deux couvertures un homme, on peut donc se demander d'entrer de jeu si il n'a pas un rôle important ? 

    Du point de vu de l'intérieur, il y a beaucoup de texte néanmoins, le manga est clair, à première vu en feuilletant les pages on a une histoire qui semble complex, déjà par le nom "My brother" est écrit avec un coeur brisé, il a donc un lien envers le frère, peut-être un lien fraternel brisé  ? La confiance ? On ne peut pas se décider sur la question mais l'histoire paraît également tourner sur la relation d'un frère et d'une soeur ! 

    My brother est un manga par Rize Shinba, en deux volumes. Le manga nous présente une relation frère et soeur qui semble aller mal avec au milieu un autre garçon.  Ce shojo n'est pas un manga comme les autres avec des clichés loin de là, nous avons un scénario poussé même si les choses vont tout de même un peu vite, il n'en reste pas moins agréable à lire et également intéressant. 

    Pourquoi ?

    Tout d'abord, nous avons un complex de la soeur sur le frère. Il arrive que dans une famille l'aîné soit un "prodige" et donc que les parents attendent là même chose avec le cadet alors pour ne pas décevoir le cadet développe une sorte de complex  ! Le manga évoque ce genre de chose, le genre réel dans la société. On assiste aussi au fait qu'ils sont en dernière année de lycée et donc qu'ils doivent savoir leur orientation et on voit la réflexion. 

    Le premier chapitre nous intègre directement dans le manga, on apprend directement ce qu'il arrive et le problème de l'héroïne  ! Dans ce premier tome, les choses vont vite, deux protagonistes sortent ensemble et le personnage féminin apprend qu'un bon couple se doit de s'entendre "sexuellement" et non pas que mentalement. Ne doutant pas des paroles de sa camarades, l'héroïne essaie une tentative. Et c'est là que le manga est intéressant,  le protagoniste masculin ne lui saute pas "dessus", j'entends par-là qu'il rejette même cette idée au début. Mais il n'y a pas que cette action d'intéressante, celle du frère aussi qui t'en bien que mal, par des actes, fait réfléchir le copain de sa jeune soeur encore innocente mais qui n'a aussi aucune confiance en elle. Du moins, je perçois les choses ainsi.

    Les personnages sont bien construits, on insiste à une petite évolution, elle ne peut pas être fulgurante vu qu'il n'y a que deux tomes. Donc au départ, la soeur hait son frère, elle pense n'être que son ombre, elle pense aussi être simple contrairement à son frère qui dégage une aura particulière. Tournons-nous vers ce personnage. Comme l'indique le synopsis, il est bisexuel et il en à après le copain de sa soeur à priori. De mon point de vu, il ne s'est pas rapprocher de lui pour le séduire même si certaines scènes peuvent être confuse, il est intelligent et il sait ce qu'il fait. Alors pourquoi voudrait-il lui briser le coeur alors qu'il l'aime  ? Les intentions du frère ne sont pas très clair et je vous l'accorde. Par ailleurs, on a à la fois beaucoup mais aussi peu de renseignements sur lui. Par exemple, l'histoire se centre peu sur ce qu'il s'est passé à l'étranger pour qu'il revienne au Japon. C'est un grand mystère. Tous ce qu'on apprend, c'est sur la personne présente actuellement dans le manga et le fait qu'il adore sa soeur ! Une autre question qui me taraude, pourquoi part-il étudier à l'étranger  ? Et pourquoi en être revenu ? Pour ce qui est de sa soeur, dès les premières pages, on apprend qu'elle n'aime pas ou peu son frère, la encore c'est ambiguë. Mais c'est aussi grâce à cela qu'elle est forte et volontaire, donc la personne qu'elle s'est construite. C'est un personnage réaliste, elle sait ce qu'elle veut et elle le prouvera à plusieurs reprises mais elle a tellement pris à défaut le fait qu'elle n'était "bonne à rien", qu'elle n'était que l'ombre de l'aîné, qu'elle en a oublié l'essentiel : le futur. Pour le copain de Kotono, l'héroïne, on ne sait rien de lui. Vraiment rien. C'est un personnage presque transparent mais qui à la fois est majeur pour la relation frère et soeur. Car il faut le dire, c'est ce personnage qui permet un vrai contacte, un vrai rapprochement entre les deux.

    Concernant l'histoire, tout ce passe extrêmement vite comme j'ai pu le dire. L'histoire s'écoule en moins de deux mois enciron !! Beaucoup de choses arrivent et pourtant c'est un laps de temps très court ! De plus, ce qui m'a le plus dérangé c'est le fait que Kotono et son copain se mettent ensemble rapidement car soyons réaliste ce genre de scène dans la vie réelle n'existerait pas probablement pas... Il y a certains clichés tout de même, ce qui est la base du shojo, ils ne sont pas dérangeant dans la mesure où ils sont peu nombreux et qu'ils faut vraiment y faire attention ! Comme par exemple tout le quartier, environ une centaine de personnes, devant chez soi juste pour un bel homme, c'est un exemple parmis d'autres. 

    Pour ce qui sont des dessins, ils sont beaux, peut être pas parfait mais beaux et agréables, les expressions sont là, le manga représente bien la vie d'une lycéenne avec ses tourments et les dessins représentent bien l'idée. Sur les couvertures, le frère occupe toute la place alors que la soeur est soit en arrière plan soit pas du tout. C'est un choix très particulier sachant que le frère est assez mystérieux pourtant il est mieux en valeur et pour ce qui est du choix des couleurs, elles sont assez simple : blanc et rose avec des couleurs plus clair. C'est donc très sobre, épuré ect..

    Bref, pour moi ce manga à une bonne thématique pourtant même si j'ai eu un énorme coup de coeur pour les dessins pour ce qui est de l'histoire, que je retiens et que je n'ai pas réussi à me plonger à 100% dans l'univers du manga. Ce que je trouve dommage d'ailleurs vu qu'il est très intéressant. Donc, je vous le conseille fortement si vous voulez une histoire un peu "réel" mais avec des clichés et si vous êtes amateurs de shojo mélangeant famille et relation amoureuse. Voilà c'est tout pour moi, je vous dis à bientôt pour une prochaine critique. 


    votre commentaire
  • Le manga est inventé par les japonais envers 1700-1800. Le terme manga est désigné poir être en faite une bande dessinée qui casse tout les codes de la bande-dessinée traditionnelle. Le ma'ga se lit de droite à gauche et il est généralement en noir et blanc. Quand à l'animé, il est créé dans les années 1900 environ et le film qui a le plus eu de succès auparavant était Le voyage de Chichiro. Généralement, l'animé est inspiré du manga ou alors inversement et nous pourrions en siter plusieurs. Bien sûr, il faut savoir différencier animé et animé de promotion qui consiste à faire acheter le manga, il est en 12 épisodes seulement et malheureusement, il très souvent bâclé...

    I- Le manga et l'animé. 

    Alors, tout d'abord, le manga selon transmet bien plus d'émotion grâce aux coups de crayons de l'auteur. Ensuite, généralement, dans un manga, on a toutes les informations nécessaires alors que dans l'animé, même si par exemple les scènes de combats sont fluides, dans l'animé on aura pas forcement toutes les informations. Et les émotions ne seront pas transmit de la même manière  ! Dans l'animé, des scènes peuvent être enlevé, changé, transformé ect... alors que dans un manga, rien ne change, le manga est complet et il ne changera pas. Par exemple, dans Fairy tail, entre les scans et l'animé, nous avons eu plusieurs épisodes où là les scènes étaient changées ! Semble t-il pour ne pas choquer alors la question, si dans un animé ils ne veulent pas pourquoi dans le manga, ils le permettent  ?

    Bien sûr, il peut arriver que ce soit l'animé qui est adapté en manga et dans s'est cas là, le manga reproduit chaque partit de l'animé, trait pour trait, détail pour détail  ! Exemple, Your name qui est un film adapté ensuite en manga.  On peut dire dire l'animé est parfois souvent bâclé contrairement au manga même si il peut arriver que le manga peut-être bâclé ce qui est rare tout de même  ! 

    Ce qui peut arriver aussi, c'est la disparition ou apparition d'un ou des personnage (s). Je trouve ça particulièrement dérangeant que par exemple, même si c'est un personnage secondaire. Qu'il soit enlevé ou alors rajouter car du coup,  ça modifie l'histoire dans le sens où il faut adapté les répliques des personnages ou alors quand la fin est proche pouvoir s'en débarrasser proprement  ! Ensuite, il y a aussi le personnage en lui même. Dans Ao haru ride (Blue spring ride), Toma est blond sur les couvertures et étrangement dans l'animé, il est roux, pourquoi ? On ne peut pas changer la couleur de cheveux des gens comme ça... Il arrive aussi, que par exemple Orange, Naho, l'héroïne est agaçante au début je trouve. Dans les deux cas, le manga et l'animé on réussi à nous transmettre le même sentiment. Donc, parfois, ces deux oeuvres arrivent à nous donner les mêmes sentiments qu'on a vis à vis d'un personnage. 

    II - Les OST, la couleur,... leurs rôles  ? 

    Passons maintenant à la musique. Son intérêt je dirais c'est que tout au long de l'animé, il nous transporte. Grâce non seulement aux images, aux voix de l'animé mais en plus de la musique que je nomme OST, l'animé nous transmet divers sentiments, passans de la joie à la tristesse. Je trouve aussi que les OST sont aussi ce qui défini l'animé car le manga lui, n'en a pas donc même si on est transporté dans l'histoire, on est transporté de deux manières différentes  ! Certains, préféront l'animé plutôt que le manga ce qui est compréhensible, l'animé est fluide et en plus, il bénéficie de musique et en plus de couleur  ! Par conséquent on est plus attiré par quelque chose de coloré, visuel et auditif que un manga quelque fois. 

    Enfin, je dirais que je n'ai aucun préférence, j'aime les deux, ils sont tout deux intéressants même si ils ont leurs défauts, j'ai mis selon moi ce que j'en pensais donc j'oublie probablement des choses. Maintenant, c'est votre avis qui m'intéresse, que pensez vous de l'animé et du manga ?


    23 commentaires
  • Synopsis : 

     Populaire et admirée par tous les garçons, Kyôko Hori, surnommé Hori, semble être une jeune fille ordinaire. Mais la vrai Hori, en dehors du lycée, est loin de là. Comme ses parents, obsédés par le travail, ne viennent à la maison que rarement, c'est elle qui s'occupe de tout pendant leur absence. Elle partage son temps entre devoirs scolaires, tâches ménagères et son petit frère. Elle n'a donc pas de temps pour une vie sociale d'adolescente.
    Izumi Miyamura est un camarade de classe de Hori. Au lycée, il donne l'impression d'être un otaku avec ses grandes lunettes, ses longs cheveux, son style vestimentaire et sa nature timide et calme. Mais lui aussi nous prouve que les apparences sont trompeuses. En effet, le vrai Izumi est un garçon gentil et serviable, qui adore les piercings et les tatouages.
    Que va-t-il arriver lorsque chacun de ces deux lycéens découvre la face cachée de l'autre ?

     

    Horimiya manga sorti en 2011, en cours pour le moment avec 10 tomes au Japon, possèdant une courte adaptation animé, Horimiya est un manga comprenant plein de bon sens ! Quoi de plus normal, c'est un shônen qui pourtant pourrait être dans la catégorie Shôjo. Mais ce manga m'a vraiment surprise dans tout les sens du terme ! 

    Pourquoi  ? 

    Tout d'abord, je suis tombée sous le charme de ce manga. Il traite des sujets actuels de notre société a savoir : l'exclusion d'un élève à cause de son apparence. En effet, le manga traitera le sujet de l'opinion publique sur l'apparence. Il n'est pas niais ou gnangnan, c'est un bon manga shonen qui nous régale. Dans le manga, c'est Hori et Miyamura qui seront au coeur de l'histoire. Par ailleurs le titre provient de leurs deux noms. Bref, pour en revenir à nos héros, dès le début il partage un secret. Un secret qui serait facheux si on venait à l'apprendre. Et un secret qui montre que les apparences sont parfois trompeuses !! De plus, pour ce qui concerne les personnages Izumi est un personnage attachant, du moins c'est le personnage que j'ai le plus aimé. Il est calme, il ne faut pas l'énerver sinon il devient je ne dirai pas violent maos plus agressif, réfléchis mais il a tendance malheureusement à se rabaisser, il n'a aucune pudeur ce qui rend les scènes comiques, attentionné, il est dur genre tactile avec Hori et lui consacre tout son temps. Aussi, il ne se rend pas compte qu'il est attirant en dehors du lycée. Au contraire, Hori est impulsive, elle démarre au quart de tour pourtant elle est également attentionnée, elle est aussi pudique et se prend beaucoup la tête pour des choses insignifiantes. Hori est un personnage féminin avec beaucoup de caractère qui mine de rien souffre de l'absence de ses parents mais malgré tout, elle garde la tête sur les épaules. Pour ce qui sont des autres personnages, ils ont leurs caractères propres et une fois ensemble, on obtient une belle brochette de scènes à pleurer de rire !

    Concernant l'histoire, elle est plutôt lente mais très bien développée dans le sens où par exemple la relation de Hori et Izumi se développe lentement comme n'importe quelle relation, ils prennent le temps de franchir les étapes. Par conséquent on assiste à tout et on s'intègre plus vite dans l'histoire. L'histoire nous touche déjà par la situation de Hori qui doit s'occuper de tout qui du coup ne peut pas avoir de vie social à l'extérieur du lycée et on voit à quel point les personnages veulent protéger leur secret à tout prie quitte à mentir. Chaque événement arrive dès qu'il le faut, en plus, le manga est réaliste, j'entends par là que par exemple quand on connait une personne depuis un certain moment mais que nous ne connaissons pas son nom de famille ou prénom on est gêné de lui demander de peur que la personne ne se moque de nous. C'est ce genre de chose que contient le manga, des scènes banales d'une vie d'adolescent. Mais le manga n'est pas que cela, il est aussi hilarant ! Le manga contient beaucoup de scènes comiques où chapitres après chapitres je ne faisais que rire. 

    Ensuite, pour ce qui sont des dessins, ils sont bien dessinés, mignons aussi. Oui, les dessins sont beaux et réaliste, les personnages n'ont pas de courbes exagérés. Ils sont dessinés de façon à ce que tout le monde aime. Je rajoute aussi que les expressions sont bien faites, je dirai même que ça les rend mignons ou alors que ça nous touche bien plus. 

    Si je devais faire une critique négative du manga, je dirai que c'est dommage que la relation de Hori et Izumi ne soit pas plus affectives ! Mais bon, au moins quand ces moment là arrivent nous pouvons pleurer de joie tellement c'est adorable et après tout, c'est un shonen et non un Shôjo...

    Eh bien voilà je pense avoir tout dis et juste le nécessaire, je vous conseille fortement le manga mais aussi l'anime, si vous connaissez le manga ou l'anime ou autre n'hésitez pas à laisser un avis en commentaire, ça fait toujours plaisir, merci.


    2 commentaires