• Photographie Ana

      Ana est une passionnée de photographie, étant petite, elle fit une promesse à un garçon. Promesse qu’elle respectera coûte que coûte. Quelques années plus tard, elle rencontre par hasard ce fameux garçon mais elle n’est pas sans surprise quand elle découvre ce qui se cache dernière cette promesse. Quant à Sakura la meilleur amie de Ana, elle fera tout pour les réunir quitte à utiliser les pires stratagèmes au monde. Malheureusement, Ana n’est pas sans surprise quand elle apprend que ça vie change, elle doit faire face à sa maladie et réaliser son rêve. Amitiés, amours, rêves, trahisons, joies, peines,… La vie d’une adolescente qui suit son parcourt jusqu’aux bouts pour réaliser son rêve : Photographier.

    Que choisir entre l’avenir et un amour présent ? Des choix qui auront des répercutions sur leurs vie future. 

     Genre : Drame - Romance. 

      PERSONNAGES  PRÉVENUS

  •  C’était un après-midi, dans un champs reculait de la civilisation. Je m’étais perdue, au milieu de ce champs se dressait un garçon avec un appareil photo. Il avait des habits d’été et des chaussures blanche flamboyant. Je m’approchais de lui pour lui demander mon chemin. Je le regardais mais n’osé pas le déranger, mais je lui demandais à quoi servais l’appareil qu’il avait dans les mains puisse qu’il n’y avait pas de paysage. Il m’avait regardé et m’avait répondu que c’est pour photographié, photographié ce monde. Il m’avait apprit à m’en servir. On avait passé l’après-midi ensemble j’avais même oublié que j’étais perdue. J’étais une enfant encore. Je me rappelle qu’à cette époque, nous avions passés beaucoup de temps ensemble.  On se fit donc une promesse celle de se retrouver un jours et de toujours être ensemble pour photographié et partager notre passion ensemble. Depuis ce fameux jour je suis amoureuse de ce garçon et de la photographie. Je me rappelle encore de tout les détails il a des cheveux noir et des yeux marron ou noir, ils étaient court, il portait un TEE shirt rouge et un shorts bleu avec des tennis blanche. Par contre je ne sais ni son prénom ni son nom.  A cette époque j’avais huit ans maintenant j’ai seize ans ça remonte à loin. Aujourd’hui hui je fais ma rentrée dans une prestigieuse école de photographie du nom:  Kanôn. Une école qui forme uniquement les élites de l’élites. Dans cette école toutes les filles portent des robes de couleur différente selon ça classe et son âge. La mienne est bleu, le bleu du ciel avec des petites pompoms de toutes les couleurs sur ma robe, mes cheveux son blond claire, j’ai les yeux bleu caché par une frange que ma mère a pris le soin de racourissir et une tresse que j’ai faite en guise de serre tête attachée par un chouchou avec dessus deux petites boules rouge et blanche. Je suis le genre fille qui est calme et aimais de tous ses camarades. Je n’ai jamais eu de problèmes que ça soit familiales ou quelconques.

    Pour les garçons, eux, ont des tennis noir ou rouge, un TEE-shirt et un shorts ou un pantalon selon les saisons. Mais, certains garçons, ne sont pas obligé de s’habiller comme le règlement….En se moment c’est le printemps et ma rentrée des classe ce fait demain. Je dois me préparer, je suis très stressée car je rentre en territoire inconnu, si sa se trouve personne ne m’apprécira ?? Ou il m’aimeront ??… Je me suis toujours préoccupé de l’avis des autres, pour c’est très important […]

    Il y a quelque temps, pour pouvoir rentrer dans l’académie Kanôn nous devions passer un teste et donner une photographie de nous. J’ai eu la meilleur photographie et j’étais prise en priorité par le directeur de l’académie. J’ai gagné mais pour deux raisons : la première car la photographie était réussite et la deuxième car mes parents sont de bon amis avec le directeur.  J’ai donc été à moitié pistonné…. Ce qui me fais paniquer encore plus…. Je suis donc partis me coucher la boule au ventre sans dire bonne nuit à ma famille.

       Le jour de la rentrée des classes est aujourd’hui et moi Ana Uzumaki  je vais faire mon entrée dans l’académie. Ma mère me dépose pour le premier jour de cours devant le lycée. Paniquée ma mère me donne un bracelet en me disant:

    •  Bonne journée ma chéris travail bien et fait toi des amies d’accord c’est important. N’oublie pas.
    •  Oui je sais, mais tu sais bien que je…..n’ai pas besoin de toi pour savoir ce que… enfin…. je sais me débrouiller toute seule maintenant. Je suis grande. Lui dis-je avec le sourire aux lèvres.

    Je souris à ma mère, ouvris la portière et descendis puis je franchis le portail sans me retourner la boule au ventre et les genoux tremblant. Une fois dans l’établissement, je devais porter des chaussons règlementaires mais moi je préfére être pied nu, c’est bien plus confortable mais je n’avais pas le droit malgré cet interdit, je le fis quand même,  je me dirige dans la salle indiquée sur le papier que m’a donné ma mère. Je cherchais désespérément la salle mais en vint. J’avais sortis mon appareil photo de mon sac. J’étais tellement inspirée par ce bout de papier bleu;  le bleu c’est ma couleur préférée; que je n’ai pas fait attention à ce que je fessais et  j’ai bousculée un garçon . On tombe tout les deux à terre. Il m’aide à me relever et je m’excuse au près de lui dix fois d’affilée tellement j’étais stressée. Il se moque de moi.

    •  Mais qu’est-ce qui te fais rire comme ça ?
    • Tout je dirais mais je vais te laisser deviner, si tu trouves, je t’offrirais un cadeau si tu trouve pas tu devras ….. faire tous que je te demande.
    • Quoi !!! Mais on ne se connait même pas.
    • Possible…. tu as 2 semaines devant toi, Salut.

    Il me laisse deux semaines pour me rappeler d’un truc dont je ne me souviens pas c’est vrai que son visage me dit quelque chose mais quoi je ne sais pas, je ne l’ai jamais vu !! Je cherchais toujours la salle de cours qu’on m’avait attribué. Je montais, descendais les escaliers puis je tombe nez à nez avec la porte. Je pousse un soupire de joie, et je toque à la porte. On me dit d’entrer, je rentre dans la salle et qui vois-je au fond de la salle ce garçon avec le sourire hautin, celui qui me donne deux semaine pour trouver qui il est ! Un fou ! Je me présente au professeur, un homme au crâne dégarnie, des lunettes et bon ventre. Le professeur me sourit et me demande de me présenter à la classe.

    •  Bonjour à tous, je m’appelle Ana Uzumaki  et je viens dans cette école pour approfondir ma passion pour la photo et aussi pour une promesse que j’ai faite à un ami.

    Le garçon au fond de la salle qui c’était à moitié endormit ce redresse sur sa chaise il lève la main et demande intriguait :

    •   Quelle promesse as-tu faite ?

    Je le regarde, souris et lui réponds:

    •  Celle de se retrouver un jour, d’être toujours ensemble et de partager notre passions ensemble.
    •  Merci. réplique t-il le sourire aux lèvres.

    A ses mots il semblait perdu et me fixé. Il chuchota quelque chose que je n’arrivais pas à entendre malheureusement. Le professeur me donne une place qui se trouvait être celle à côté de ce garçon. Je m’installe, et regarde tous les élèves de la classe. Cette école est spécial car tous les élèves se connaissent depuis la primaire c’est bien pour cela que j’ai du me présenter devant tout le monde mais aussi pour la politesse. Il me fixait bizarrement, encore.  Je le regarde moi aussi avec plus d’intensité puis il tourne la tête. A la pause de midi une fille vient à ma rencontre elle était blonde aux yeux vert un vert magnifique, grande, mince, de long cheveux qui ondule aux pointes. Elle ressemblait à un mannequin avec son grand sourire. Elle m’éblouit tellement elle est belle.

    •  Tu sais que tu es mignonne en plus tu as de la chance.
    •   Je ne vois pas en quoi… tu es bien plus belle que moi. répliquais-je.
    • Oui c’est une évidence…., explique t-elle sur de ce qu’elle avance, Oh! mais je ne me suis même pas présentée je suis Sakura Iruo enchantée.
    • Euh enchantée….
    •  Si je te dis ça c’est parce que c’est vrai et que apparemment tu as tapé dans l’œil de kyo l’ange de notre classe?
    •  Quoiii ?? mais c’est absurde !! Non je lui ai pas tapé dans l’œil ?! Je ne lui ai encore rien fais à ce fou!

    Elle se moque de moi et je lui demande pourquoi elle se moque elle répondit que c’est parce que c’est pas dans ce sens la mais dans celui de l’amour. Je fus très surprise par ce qu’elle m’avance, kyo amoureux de moi? D’abord c’est qui Kyo? Je le lui demande et elle ria plus que ce que j’avais dis avant car c’était mon voisin de table. Je rougis tellement j’avais honte. Il a juste fallu que je cris « quoi tu es sur qu’il m’aime ? mais c’est impossible c’est mon premier jour… » pour que toutes les filles et garçons de la classe rapplique vers moi pour savoir ce qu’il se passait. J’étais encerclée aucun moyen de fuite possible. Tous les garçons me dévisagèrent et me disent que j’étais très séduisante, j’en ris intérieurement mais pour ne pas le montrer, je reste sérieuse en leur disant qu’il ne fallait pas abuser. Puis ils me demandèrent qui était « amoureux » de moi. A ce moment là, je ne sais pas ce qu’il s’était passé mais quelqu’un avait pris ma main avec mon appareil photo et me sortait de la foule en furie. Une fois sortit de ce troupeau, je tente de voir qui était mon ravisseur ou plutôt mon sauveur, mais en vint il portait une capuche qu’elle manque de chance j’avais. On monte les escaliers, mon monte quatre étages au cinquième étages, je m’écroule à terre et mon « sauveur, ravisseur  » me porte sur son dos impossible de déterminer la personne, il porte toujours sa capuche et même si j’aurais voulu le voir, il portait un masque. Il ouvre la porte et on arrive sur le toit. Une bourrasque de vent surgit de n’importe t’ou et fit virevolté mes cheveux. Il ferme la porte à clé et lance la clé par dessus le toit, je cours après la clé pour tenter de la rattraper mais cruche que je suis, je trébuche et passe par dessus le toit et en une fraction de seconde je sentis ma vie basculer. En bas il y avait une piscine donc d’après mes calculs je ne devrais pas mourir, il suffisait que je me reconvertis et que je tombe dans l’eau sur le côté mais l’impacte serais immense et la par contre je ne sais pas si j’y survivrais… je ne vais pas mourir, je ne vais pas mourir, je ne vais pas mourir, je ne vais pas mourir, me répétais-je, mais par instinct je criais ce qui avait alertaient tous les lycéens et lycéennes. Le garçon à capuche et au masque saute lui aussi du toit et tante de me rattraper. Je lui tends ma main, il essaye de d’attraper ma main et moi de même, nos doigts se touchent, puis ils s’entremêlent, une fois qu’il tenait ma main, il me tira vers lui et je me retrouva dans ses bras. Pendant ma chute, sa capuche avait été retiré et son masque il l’avait enlevé. J’étais dans ses bras, ma tête contre son torse, ses bras autour de moi pour me protéger il mît son dos face à la piscine, je voyais à présent son visage, je ne pouvais pas le croire c’était bel et bien lui, Kyo. Kyo est mon sauveur une larme coulle de ma joue mais elle s’envole, j’avais peur alors je me recroqueville sur moi même, on tombe dans la piscine, heureusement qu’elle était la. Je m’étais pas vraiment rendu compte que tout les élèves nous regardaient et je n’avais pas fais attention mais mes bras était autour de son cou, gênée par mon acte, je le remercie et sors de la piscine du moins ce que j’essayais de faire mais ma cheville refuser de bouger et je tente de bouger mais en vint je coule. Kyo me remonte à la surface. Il me ramène sur le bord et m’aide à sortir en me portant comme font les princes à leurs princesses. J’avais le cœur qui s’emballé. On sortit de l’eau et comme je mis attendais, il avait laisser mon appareil photo sur le toit et je lui fis la remarque. Il m’amène à l’infirmerie et Sakura accourait vers nous en criant.

    •  Oh mon dieu est-ce que ça va ta pas trop mal ? Il faut aller a l’hôpital ? Au urgence ? Il faut appeler les pompier ? Ou l’ambulance? dit -elle en panique.
    •  Quoi ??? Mais non pas besoin Sakura. Elle a juste besoin d’une poche de glace et de béquilles mais comme on en a pas et que c’est de ma faute je vais la porter aujourd’hui hui.
    • Hein ?? Mais tu n’as pas besoin de faire ça pour moi Kyo ….. Et puis c’est de ta faute ! J’ai voulu récupérer les clés mais j’ai pas réussis. Ne te reproche rien.
    • Justement c’est de ma faute…vraiment tu n’as pas changé….

    Il me regardait stupéfait, surpris et pour l’apaiser je lui souris avec le plus beau que j’avais en réserve. Sakura me regarde et me fit un clin d’œil tous que je trouve à faire c’est de rire. Une fois arrivé à l’infirmerie Sakura me laisse seule avec lui. Je crois que c’est à ce moment la que j’ai tout révélé.

    •  Je sais que tu es le garçon que j’ai rencontrée quand j’avais 8 ans comment pourrais-je t’oublier.

    Il me regarde heureux et il me prend dans c’est bras. On était heureux de ce revoir. Moi je rougis un peu quand à lui il était un peu rouge aussi. Heureuse de le revoir je pleure de joie. Sakura nous espionnait derrière la porte. Je l’avais remarqué car je la voyais, on ne voyait qu’elle.

    •  Tu sais, j’ai attendu ce jours avec impatience et je suis heureux de te revoir.
    •  Moi aussi tu sais, je n’ai fait que penser à sa! Notre prochaine rencontre. Et puis on va pouvoir honorer notre promesse. Toujours rester ensemble et partager notre passion.
    • oui… Toujours ensemble….

    Il semblait déprimé mais il sourit aussitôt surement pour ne pas m’inquiéter. Je me redresse, mais je retombe nette sur le sol en gémissant mon mal-être à la cheville. Il me regarde et me porte sans que je le lui dise car la sonnerie avait retentit. Tout s’était passé tellement vite, je n’ai même pas eu le temps de manger, j’ai juste eu le temps de me changer avec l’aide de Sakura et lui aussi, c’était changé. L’heure de rentrer en classe, je n’en avais aucune envie… Nous étions en retard de 10 minute alors que il courait dans les couloirs, sautait les quatre avant dernières marches à chaque escaliers, une fois arriver au première étage, il ouvre la porte essoufflé et tout le monde nous applaudi le professeur y compris. Nous ne comprenions pas la situation mais ils nous applaudissaient. Kyo parti en marchant à la vitesse grand V au font de la salle à nos places, Sakura elle, salut tout le monde la main comme si elle était une miss Japonaise. Il me dépose sur ma chaise, il rapproche sa table de la mienne et il s’assoit sur sa chaise. Le cours commence même si je ne comprenais pas grand chose mais ça m’importe peut car je pourrais faire l’exercer et le comprendre plus vite que les autres. Je copie les leçons et faisait les exercices demandés. […]

    Pendant le temps que je travaillais, Kyo me regardait, me dévisageait intensément, avec passion puis je me rappelle de se que m’a dit Sakura mais est-ce vrai ? M’aime t’il vraiment comme elle le dit ? Du coin de l’œil je le regarde et il me regardait toujours gêné je détourne le regard et continu mon travail tout en l’ignorant.


    votre commentaire