• Reviews Papers

    /!\ Reviews Papier ?

    Reviews Papers est un "webmag" autrement dit une sorte de magazine numérique où il sera posté ici toute sorte d'article en rapport avec la lecture et plus particulièrement : light novel, romans et mangas. Se sera des critiques que j'approfondirai au mieux avec une simple question "Pourquoi". Les articles ne contiendront aucun spoile rassurez-vous mais dans le doute, je vous l'indiquerais s'il l'est nécessaire dans les articles.

    Je vous souhaite donc une bonne lecture ! N'hésitez pas à laisser un commentaire, ça fait toujours plaisir et cela m'encourage dans mon travail de partage, merci et à bientôt je l'espère.

  • chattochatto/shilin huang

    SYNOPSIS

    Durant des siècles, la magie avait été monnaie courante dans le monde de Maelstrom. Une magie bienfaisante qui offrait à la société un pouvoir extraordinaire, mais également maudite, puisqu’elle avait causé la naissance des Carciphona : des humains à l’âme infectée par des esprits démoniaques. Suite à un terrible événement, la Prohibition fut mise en place et l’utilisation de la magie fut bannie dans tous les royaumes. Pourtant, quatre ans plus tard, une sorcière du nom de Veloce Visrin continue à subsister dans l’ombre, en réprimant ses pouvoirs afin de vivre en paix. Mais cette vie paisible est de courte durée lorsqu’elle se fait attaquer par l’assassin à l’origine de la Prohibition et qui pourrait bien être… une Carciphona elle-même !

     
    (chatto chatto)
     
    INFORMATIONS
    TITRE : Carciphona 
    MANGAKA : Shilin Huang
    GENRE : Shonen
    NOMBRE DE tome: en cours
    ÉDITEUR : Chatto Chatto
    PRIX : 7.95 €
     

     

    Carciphona, nouveau et premier manga des éditions Chatto-Chatto (il paraîtra le 24 août 2018). Etant nouvelle sur le marché du manga, vous pouvez soutenir la maison d'édition pour qu’ainsi, elle puisse éditer nos/vos mangas préférés !

    Je dois dire que la première fois que j’ai vu ce manga annoncé, tout a été très vite. Il me fallait ce manga, c’était comme une évidence. Je me suis alors renseignée sur la mangaka, j’ai trouvé beaucoup, beaucoup de choses intéressantes…

    Carciphona en scan était une véritable épreuve, il m’aura fallu plusieurs tentative avant de pouvoir le lire mais comme on dit, rien n’est mieux qu’une version papier et surtout pour Carciphona.

    Pourquoi ?

    Eh bien, tout d’abord, si on prend le côté matériel,  la qualité de la couverture est parfaite, elle n’est pas aussi souple que les autres mangas comme celle de Pika ou Glenat. Ensuite, le design de cette couverture est stupéfiante, honnêtement, on ne peut pas résister à son appel…
    Mais penchons-nous de plus prêt sur cette couverture, dessus, nous trouvons Veloce au premier plan et BlackBird au second plan, de dos, on ne voit pas son visage, mise à part son sourire assassin. Elles tiennent toutes deux une écharpe, celle de BlackBird. La couleur rouge m’intrigue à vrai dire. Cependant, le rouge représente le destin ou la fatalité, dans les deux cas, on peut dire que le destin des deux protagonistes sont liées, elles tiennent l’écharpe avec poigne comme si elles ne voulaient pas laisser l’autre s’échapper, mais on ne sait pas pourquoi, du moins pour le moment.

    Ensuite, Veloce tient dans sa main gauche (ou droite si vous ne vous mettez pas à la place du personnage) un collier, elle le tient loin d’elle, elle n'étreinte pas le collier au contraire, elle semble presque prête à le lâcher, serait-ce un signe pour prédire sa perte ? Mais ce n’est pas tout, si on regarde bien, on voit que le bracelet de BlackBird est mit en avant, il attire l’oeil, son bras est bandé pour je ne sais quelle raison. Ce bracelet m’intrigue également beaucoup… J’espère en apprendre plus sur le lien qui les réunit prochainement !

    Pour finir, j’aimerai ajouter une dernière interrogation de ma part à vous, pourquoi avoir choisi le nom Carciphona ? Si on se tient aux explications, c’est le nom que l’on donne aux assassins, une Carciphona est une personne dont "l’âme a été infectée par des esprits démoniaques". Alors pourquoi ne pas avoir donnait comme titre : Veloce ou La Sorcière de la Prohibition ?  

    De mon point de vu, si l’auteur a voulu donner ce nom à son manga c’est qu’il a une importance capitale que nous apprendront au fil des différents tomes. N’avez-vous pas hâte de découvrir cela ? Moi oui !

     

    Passons maintenant sur le côté papier du manga. Les pages sont tellement douces que j’ai l’impression que mes doigts éleveurs du clairefontaine, quel luxe.

    L’encre ne colle pas aux doigts, ce qui est agréable car certains mangas que je connais, lorsque l’on pose les doigts sur l’encre noir on finit par en mettre de partout et ce n’est vraiment pas pratique ! Nous avons une excellente qualité papier, ce qui change des autres mangas je dois dire, de plus, le papier glacé est bien accroché au manga, on sent qu’il ne va pas s’envoler si on ouvre par mégarde un peu trop le manga et ça aussi c’est un excellent point positif !  

    Par conséquent, pour ce qui est du côté matériel, Carciphona obtient tout les points qu’il faudrait !

    Notez aussi, quelque chose d’étrange, est-ce fait exprès ? Je ne sais pas mais si vous faites attention à la fin du chapitre 3, tout en bas, vous verrez écrit “BlackBird-Fin”. Les éditions Chatto-Chatto nous laisserez-vous des indices ?


    chattochatto/shilin huang

    Pour le côté histoire, elle est assez différente de ce que l’on peut rencontrer habituellement, je ne suis pas une spécialiste du shônen… Et en plus de cela, j’ai beaucoup plus de mal à apprécier un shônen plutôt qu’un shôjo. Par ailleurs, le style de shônen que je préfère lire est réaliste comme A Silent Voice ou bien les Our Summer Love ou Summer, il a bien peu de shônen que je lis. Même Naruto, je l’apprécie bien plus en animé qu’en manga. Toutefois, pour Carciphona c’est différent.  Je trouve en ce manga une histoire prenante, captivante ! Certes, l’opposant arrive bien vite, elle n’est peut-être pas introduite comme il le faudrait et cela peut éventuellement déranger mais si on prend en compte que cette Carciphona, assassin, épie constamment Veloce chaque jour et qui attend le moment opportun pour l’attaquer, un moment de faiblesse, on peut dire que son apparition soudaine est vraiment bien placé !

    Mais ce n’est pas tout, je trouve le manga dynamique déjà par ces combats, nous n’avons pas un tome barbant et assommant en explication, au contraire c’est combat et révélation au rendez-vous et en même temps ! Quoi de mieux ?

    Ce que j’ai aimé dans cette histoire c’est que notre personnage principale n’est pas qu'un garçon. Dans beaucoup de shônen, le héro est un garçon, il est fort, ou il le devient, beau, il protège tout le monde et nous avons une fille qui tombe folle amoureuse de ce garçon, c’est un peu cliché je trouve. Mais pour une fois, nous avons un garçon qui arrive puis notre protagoniste féminine et principale qui débarque avec une entrée dès plus attendue.

    Dans nos trois protagonistes principaux nous avons Veloce puis vient Keritzel qui a beau être un personnage important, on ne sait pas vraiment de quoi il est capable, ni même si il est apte à se battre, en faite, je me demande même si nous le verrons dans le prochain tome... BlackBird, elle est la protagoniste là plus important étant donnée que c’est elle qui offre à Veloce une chance de vivre dans le monde où il lui était interdit d’exister.
    Grâce à ses trois personnages, nous avons donc une première intrigue qui se poursuivra tout au long des autres tomes : le fameux combat Veloce contre BlackBird, il sera probablement le combat final, celui qui sera le plus attendu ! Ensuite la deuxième intrigue sera la fuite et survie de Veloce, où ira t-elle, comment vivra t-elle ?

    Après tout, c’est une des dernières sorcières qui vivaient sous la prohibition, on pourrait donc supposer qu’elle soit chassée et que l’auteur évoque la fameuse “Chasse à la sorcière” ce n’est pas impossible car après tout, ce premier tome nous laisse beaucoup de suppositions !

    Pour finir sur l’histoire, j’ajouterai que ce qu’il m’a plu, m’a touché dans l’oeil et dans le cœur en premier lieu c’est l’univers tout autour du manga, je le trouve à la fois féerique mais aussi presque fantastique. On voit que l’histoire du monde Maelstrom est assez particulière puisque la magie était chose courante durant de nombreuses années et soudainement, elle en est retirée voir même arrachée de force à leur propriétaire, cela rend le scénario des plus intéressants puisqu’on peut se demander : dans quel situation se retrouve leur monde ?

    A vrai dire, j’ai particulièrement hâte de découvrir l'univers et surtout de voir évoluer le manga Carciphona.

     

      

    chattochatto/shilin huang

    Je ne vais pas faire tout les personnages étant donnée que l’on ne les connaît pas encore assez, notamment Keritzel dont on ne sait pas grand chose, nous savons que c’est un noble qui se rend dans le village de Veloce afin de prendre des cours mais nous on ne sait pas réellement quel genre de jeune homme il est, ni même son âge…

    De ce que j’ai pu lire, voir, Kiritzel est un jeune homme a priori gentil qui pense à son prochain, peu importe sa nature, il fait confiance assez facilement à autrui. Il est droit et juste, il veut que justice soit faite mais sans violence. On pourrait alors penser qu’il serait le même genre d’homme que Shiro dans Log Horizon, stratégique, intelligent, intriguant qui trouve des solutions aux problèmes sans user de la violence.  

    Kiritzel serait donc une sorte de sage avec un tempérament calme, mature et réfléchi.

    Il semble vouloir montrer qu’il est stupide alors qu’en réalité, il est sérieux dans tout ce qu’il entreprenant.

    J’aime beaucoup ce protagoniste, il n’est peut-être pas très fort en combat, ne possède peut-être pas de magie, toutefois, il est courageux, honnête. J’espère que nous irons loin avec ce protagoniste et que nous allons en découvrir un peu plus sur lui.

     

    Passons ensuite à Veloce, jeune fille exilée chez elle, seule d’autant plus, c’était autrefois une petite fille qui vivait avec le sourire avant de se retrouver complètement seule. Elle ne fait confiance à personne et se méfie de tous, même si elle semble cacher un cœur rempli de bonté. Elle ne compte sur personne mise à part elle-même pour se protéger, elle semble quelque peu malhonnête avec elle-même en disant qu’elle veut rester seule puisqu’elle souffre de cette solitude. Je pense d’ailleurs qu’elle envie les autres jeunes filles qui ont connu et croulé sous les jours heureux avec leurs parents mais je me base sur une phrase qu’elle prononce dans le dernier chapitre.   

    Ce que j’aime chez Veloce c’est sa remise en question, elle n’attend pas que les choses se passent, enfin au début si, mais après avoir compris qu’elle méritait elle aussi d’exister, elle reprend confiance en elle et c’est une nouvelle jeune femme qui nous fait face. J’ai hâte de voir son évolution, l’homme est perfectible, son enfance, ses parents lui on était enlevée, peut-être décidera t-elle de faire tomber le pays dans le chaos ou décidera t-elle de parcourir le monde de l'aider ? On ne sait pas à quoi s’entendre cependant à la fin du troisième chapitre, on sent qu’un long voyage est en approche !

     

    Continuons avec BlackBird, je l’aime beaucoup elle aussi, elle est assez marrante pour une assassin ! Elle prend son travail plus comme un amusement plutôt que comme quelque chose de barban et de sérieux.

    Elle ne se prend pas beaucoup la tête non plus, c’est d’ailleurs elle qui réveille Veloce et qui la sort de sa souffrance.

    On ne sait pas beaucoup d'élément sur BlackBird, cependant, de ce que j’ai pu lire, apprendre, se sont tout de même des révélations importantes !!

    Il y a quelque chose qui me taraude avec ce personnage, est-elle réellement méchante ? Elle semble gentille et amusante quand nous la voyons se moquer ouvertement de Veloce à certains moments et ce qui est surprenant, c’est qu'elle la connaît plutôt bien, ce qui est troublant… J’ai aussi remarqué qu’elle était observatrice, elle aide bien trop Veloce pour une assassin ce qui est assez étrange vous ne trouvez pas ?

     

    Pour conclure sur nos chers et tendre protagonistes, ils sont attachants, c’est sûr. On n’est seulement au premier tome est pourtant, je me sens déjà proche des différents protagonistes. Leur évolution m’intrigue et je souhaite y assister, voir ce qu’ils vont devenir à travers le manga, si une potentiel romance fleurira ou même assister aux différents révélations, les voire abattu puis se relever pour devenir plus fort ! Je suis impatience.

     

     

    chattochatto/shilin huang

    Les dessins, je vous l’accorde, ils ne sont pas grandioses, toutefois, ils sont attachants et amusants avec leur drôle de tête de temps à autres. Mais comme nous l’a dit Chatto-Chatto, les dessins datent de dix ans en arrière et que dans les prochains tomes petit à petit le véritable style de l’auteur se révélerait. J’ai pu voir les dessins de Shilin Huang est vraiment sublimes, vous serez étonnés croyez-moi !

    Bien, passons donc à une analyse des dessins, ils sont assez enfantins pour le coup, ils rendent le design des personnages plus jeunes mais c’est pas désagréable au contraire, les traits sont précis et détaillés. Comme on peut le voir à de nombreuses reprises, les scènes de combats sont vraiment dynamiques dans le manga, ils sont splendides.

    Bien que je me sois attachée à l’histoire, aux protagonistes, je me suis aussi prise d’attachement pour les dessins et pourtant, je suis extrêmement difficiles concernant les dessins en mangas !

     

     

    Nous voici donc à la fin de la review, j’espère que vous avez appréciés et qu’elle n’était pas trop longue pour vous. J’ai adoré ce manga, c’est un véritable coup de coeur voir même un coup de foudre ! J’attends le tome deux avec la plus impatience, j’espère qu’il répondra à mes questions ou alors qu’il me rendra encore plus folle de ce manga car pour être honnête avec vous j’en crois être amoureuse.

    Et vous, vous l’avez lu ? Vous allez l’acheter ? Votre avis m’intéresse beaucoup !

    C’est sur cette note que ce termine la review, n’hésitez pas à laisser un commentaire, cela fait toujours plaisir et je vous dis à bientôt.

    Voilà, je pense en avoir dit assez, j’espère que la review vous a plu et on se dit à bientôt pour la prochaine, n'hésitez pas à laisser des commentaires, cela fait toujours plaisir !
    Et encore merci à vous Chatto-Chatto.

     

    BakaNekoReviews de Minokoto
    Admin du blog passionnée de mangas, animés et surtout de japanimation en générale mais surtout du monde web. On m'appelle aussi la dévoreuse de livre !

     


    2 commentaires
  • Synopsis
    L'histoire se déroule à l'époque d'Edo dans le quartier rouge de Yoshiwara. Devenue orpheline suite à l'assassinat de sa famille de samouraïs, Akane, 15 ans, est vendue à une maison close. Elle va débuter son apprentissage sous l'égide de Asakeno, la plus belle oirande la maison (une oiran est une courtisanes de rang élevé, reconnue et appréciée). Cette dernière accepte d'instruire Akane après qu'elle ait étrangement attiré l'attention de Sousuku Oumiya, un jeune et riche propriétaire. Sousuke cherche à acheter la jeune fille, mais elle refuse, effrayée par cet étrange personnage. Il accepte de la laisser se former mais il ne semble pas près à laisser la jeune fille en paix, ses motivations ne sont pas claires. Comment évoluera Akane dans cet univers complexe ?
    INFORMATIONS
    .


    TITRE : La Courtisane d'Edo
    MANGAKA : Sakurakoji Kanoko
    Genre : Shôjo
    NOMBRE DE Tomes: en cours
    ÉDITEUR : Pika
    prix : 6.95€
     

     

    La courtisane d’Edo, deuxième tome sorti, après un premier tome rempli de mystère nous en apprenons bien plus dans ce second tome qui complète parfaitement le premier. On apprend enfin les motivations de chacun de nos personnages qui se révèlent tous plus attachant ou plus détestable pour certains.
    J’ai beaucoup apprécié cette lecture et c’est avec hâte que j’attends le troisième tome !

    Pourquoi ?

    Nous avançons progressivement dans l’histoire, on apprend les différentes motivations de certains protagonistes, certains visages se révèlent enfin, donc comprend donc qui est du bon côté ou non.

    Toutefois, entre le premier et deuxième tome, les événements avancent plutôt vite, ce qui donne un bon rythme au manga même si j’en viens à me demander combien de tomes au final disposera le manga ar si on s’en tient à deux ou trois voir quatre révélation dans chaque tomes au bout d’un moment, nous arriverons à une conclusion final !.

    On commence également à ressentir le côté dramatique mais légèrement et je sens que dans les tomes à venir, il sera bien plus présent.

    Par ailleurs, j’ai pu remarqué que nous avons deux intrigues, la première concerne la famille d’Akane. Si on regroupe le fait que cette dernière cherche à savoir qui a tué ses parents et enfin pourquoi a t-elle été destitué de son titre de noblesse, la deuxième intrigue concerne la recherche d’une personne, c’est Sôsuke qui recherche une jeune fille, courtisane elle aussi. Je ne vous en dirais pas plus concernant cette jeune femme courtisane, je vous laisse le découvrir dans le manga. Nous avons donc donc deux intrigues principales avec en secondaire : devenir la courtisane numéro une, qui n’est pas très intéressant en soi ni même important pour le moment. je n’ai pas repéré d’autres intrigues à moins de les avoirs peut-être manqué ?

    De ce que j’ai lu, du tome un et deux, je peux dire que je me suis attachée et prise à l’histoire, j’ai particulièrement hâte de voir dans quel sens, elle va progresser et surtout comment et de quelle manière.



    Nous poursuivons donc l’histoire de notre apprentie courtisane, Akane, jeune fille issu de la caste des guerriers.

    On retrouve que cela soit dans son langage comme dans ses manières, une partie de sa noblesse et notamment dans sa mentalité. Akane paraît bien plus sage, compréhensive que d’autres jeunes filles, elle ressent de l'antipathie pour les autres et comprend que même si elle est une “prostituée”, elle dispose d’un plus grand confort comparé à certaines de ces camarades. Akane est également une jeune fille réfléchit, elle n’agit pas sans raison quelconque. Dans ce deuxième tome, on rencontre Akane submergé par divers émotions, elle semble enfin comprendre dans quoi elle s’est engagée...

    Ce que j’apprécie chez cette protagoniste c’est avant tout son côté humain comme j’ai pu vous le dire, elle a beau être forte, mature, elle a la tête sur les épaules, elle ne cherche pas à idéaliser les choses. Et bien qu’à certain moment, ses faiblesses apparaissent, cela la rend bien plus attachantes encore. Par ailleurs, même si elle est naïve, elle est prête à tout pour réussir.

    J’ai même pu remarquer que Akane peut-être qualifiée de “petite fille” comparée à l’expérience de Yukari.

     

    Yukari est la fameuse rivale que l’on trouve dans les mangas, mais elle n’est pas la rivale amoureuse, non, elle est celle qui veut devenir numéro un, celle qui se fait passer pour ce qu’elle n’est pas et donc ne peut connaître qu’une fin des plus terrible. Yukari n’éprouve aucune compassion pour les autres, tout ce qui compte c’est elle-même d’après ce que l’on peut voir, elle veut mettre des bâtons dans les roues d’Akane tout en la ridiculiser or, Akane touche les hommes par sa sincérité et sa noblesse naturelle. 

    Pour moi, si Yukari est détestable c’est par le fait qu’elle soit fausse et bien qu’elle touche les hommes par son charme, je suis convaincu qu’à un moment donnée, Akane la surpassera par sa sincérité, sa noblesse d’esprit et de gestes comme j’ai pu vous le dire mais surtout par sa beauté.

    Continuons dans nos protagonistes féminines avec Asakeno, je trouve, qu’elle ressemble beaucoup à Akane physiquement, est-ce fait exprès ? Je ne sais pas.

    Mais la concernant, elle connaît le tempérament de Yukari, c’est d’ailleurs pour cela qu’elle protège Akane, du moins, c’est ce que j’ai pu remarqué, elle n’hésite pas à la remettre à sa place. Au contraire, elle taquine Akane étant donnée qu’elle prend tout au premier degrès et cela l’amuse beaucoup. Je ne sais pas si elle est attachée à ses “deux petites soeurs” toutefois, elle semble donner un traitement de faveur à Akane, j’aimerai bien savoir pourquoi..

    Pour ce qui est de son caractère, c’est une jeune femme mature, sage comme on pourrait le dire, elle a de bonne manière et une beauté irrésistible. Asakeno est le genre de femme à contempler ce qui se passe, à offrir des opportunités et ensuite elle agit, c’est ce qu’on pourrait appeler une observatrice

    Je n’ai pas encore d’avis sur cette protagoniste, elle n’apparaît pas souvent, ou seulement quand Akane a besoin de son aide. J’ai hâte d’en apprendre plus sur elle mais aussi de savoir pourquoi elle est devenue Courtisane, tout comme Yukari.

     

    Concernant nos deux protagonistes masculins, Sôsuke Omiya est détestable. Pourtant, il a des moments de faiblesses, j’entends par-là quand il est avec Akane. C’est un jeune homme froid, peu agréable comme aimable. Il ne paraît pas très social non plus et sourire sincèrement lui arracherait le visage.

    Pourtant, même si c’est le personnage le plus détestable, c’est le genre d’homme sur qui on peut compter, s’appuyer quand on va mal, même si il n’est pas spécialement doué pour réconforter.

    On apprend dans ce tome, une partie de lui, c’est-à-dire pourquoi il déteste la caste des guerriers et pourquoi il est si “affolé” si on peut dire cela comme ça. On apprend ses motivations, comme on peut voir qu’il tombe sous le charme de notre belle Akane !

    Pour le moment, je ne sais pas quoi penser de ce jeune homme pour le moment, il est assez mystérieux mais le point positif c’est qu’on lire en lui comme dans un livre ouvert, il est quelque peu contradictoire dans ses propos et c’est en ça que je le trouve touchant, attachant.

    Pour ce qui est de Riitchirô, c’est l’homme de la situation, près à tout pour sauver sa princesse. Il est gentil, sage, mature, s’adapte parfaitement à la situation donné. J’ai particulièrement hâte de voir comment il va évoluer dans le manga, après tout, c’est un beau jeune homme dévoué pour Akane, son ancienne maîtresse. Toutefois, même si il a un sacré tempérament, je veux dire par-là, un caractère fort et peut-être même de cochon têtu, on ne sait que très peu de chose le concernant également. Il est peut-être sûr de lui, c’est peut-être un homme de confiance mais comment protégera t-il  Akane ?

    J’ai hâte d’en découvrir plus le concernant.

     

    Passons aux dessins, ils sont toujours aussi sublimes. Je ne vais pas toujours revenir dessus à chaque tomes mais je suis chaque fois plus conquise. On voit différente expressions submerger nos protagonistes, alors que je ne pensais pas qu’ils ou elles pouvaient ressentir, montrer tel expressions, sentiments.

    Ils sont comme dans le premier tome, nette et précis.

    Je n’ai rien d’autres à ajouter dessus mais j’ai particulièrement hâte de voir comment les dessins vont évoluer par la suite !

     

    Pour conclure, je dirais que c’est un véritable coup de coeur pour ma part comme au premier tome. J’attends le tome trois avec impatience et j’ai hâte de découvrir notamment comment tout cela va se finir, Akane serait-elle une des plus grandes courtisanes ou redeviendra t-elle une noble ? C’est une piste à exploiter dans les deux sens et j’ai hâte de voir comment la mangaka fera évoluer tout ses personnages, quelles routes ils vont tous prendre…  

    Eh bien, nous voici donc à la fin de la review, je vous en dirais plus sur le prochain tome d’ici là, je vous dis à bientôt, n’hésitez pas à mettre un commentaire pour me faire part de votre avis et je vous dis à bientôt !

     

    MinokotoReviews de Minokoto
    Admin du blog passionnée de mangas, animés et surtout de japanimation en générale mais surtout du monde web. On m'appelle aussi la dévoreuse de livre !

     


    votre commentaire
  • HARAPEKO NO MARIE © 2017 by Ryuhei Tamura/SHUEISHA Inc.

     Synopsis
     Taïga est amoureux de sa voisine Anna, dont le père est un prêtre catholique adepte de magie noire… Un jour, il la surprend en plein rituel visant à ressusciter Marie-Thérèse Charlotte, fille de la célèbre Marie-Antoinette et accepte de «collaborer» avec elle. Mais, avant la cérémonie, la foudre s’abat sur Taïga ! Son esprit se retrouve alors enfermé dans le corps de Marie-Thérèse… Et quand la jeune princesse a faim, le processus s’inverse ! Compliqué pour le lycéen d’avoir une vie normale après ça, sans même parler de conquérir le coeur d’Anna !!
    INFORMATIONS
    .


    TITRE : Hungry Marie
    Auteur : Ryuhei Tamura
    Genre : Shônen
    NOMBRE DE Tomes: 4
    ÉDITEUR : Kaze manga
    prix : 6.79€
     

     

     Hungry Marie, manga en seulement quatre tomes, réalisé par Ryuhei Tamura, mangaka de Beelzebub. L’auteur nous propose un nouveau manga, plus court cette fois, notamment par son manque de succès au Japon. cependant, il est toujours dans le même type d’humour que son manga précédent, on aborde pour ce manga un aspect historique et pas n’importe lequel, une petite partie de l’histoire de France qui a inspiré notre mangaka et mélangeait à un univers Japonais ou les évènements sont quelque peu loufoques !  

    J’ai beaucoup apprécié ce premier tome, même si j’aurais dû prendre le temps de lire car trop d’humour tue l’humour comme on dit ! Toutefois, cela ne m’a pas empêcher d’après le manga.

    Pourquoi ?

    Nous rentrons dans l’histoire avec une jeune fille debout sur un toit donnant le nom plusieurs sorte de gâteaux puis nous attaquons directement par un flash-back de notre protagoniste principal nommait Taïga qui subit une sorte de teste de courage avec son camarade et ami Mamoru. C’est en partie grâce à ce fameux teste de courage que Taiga rencontre sa voisine Anna, une jeune fille pratiquant la religion chrétienne.

    Je trouve cette histoire intéressante dans le sens où Anna souhaite ressusciter une ancienne princesse française appelait Marie-Thérèse Charlotte, fille de Marie-Antoinette sauf que cette résurrection ne se passe pas comme il le faut…

    Dans le manga, nous apprenons une partie de l’histoire de cette princesse, mais après quelque recherches affûtées, je suis tombée sur des faits historiques divergents sur les faits du manga.

    D’après le manga, Marie-Thérèse Charlotte s’est vu séparé de ses parents lors de la révolution Française, ce qui est vrai, chaque membre de la famille royale était séparé des uns et des autres, elle a bien été enfermé. Elle était bien la seule et dernière survivante de la famille royale. Toutefois, le mangaka a rajouté des détails quelque peu fictif comme le fait que Marie-Thérèse Charlotte s’est enfuie et qu’une autre femme lui ressemblant aurait pris sa place mais aussi qu’elle serait décédé au Japon et surtout très jeune ! Mais ce n’est pas tout, l’auteur aurait aussi oublié d’inscrire des éléments importants et c’est là qu’une question intervient : Aurait-il fait exprès ? Je ne sais pas à vrai dire, mais il est vrai que c’est une véritable interrogation, il a volontairement changé la vérité pour la transformer en fiction, ce qui est aussi intéressant tout de même.

    Cependant, afin de vous éclaircir et de vous apprendre quelque chose, pour ceux qui ne le savent pas, nous allons faire un petit point historique pour la simple raison que pour les personnes qui ignorait l’histoire de cette princesse ne pense pas que ce qui est raconté dans le manga est totalement vrai !

    Pour commencer, la princesse Marie-Thérèse Charlotte est née à Versailles le 19 décembre 1778, lors de son baptême, c’est les prénoms de sa grand-mère et sa marraine l’Impératrice Marie-Thérèse dont elle reçoit les noms. On apprend ensuite, que cette enfant était très douée dans les études, qu’elle était curieuse.

    Mais, comme l’indique le manga, le jour de la révolution Française, la famille royale est séparée, Marie-Thérèse Charlotte est confiée à Madame Elisabeth qui n’est autre que sa tante, dont elle sera séparé peu après. Elle dû apprendre à se débrouiller seule et avec le strict nécessaire, mais aussi à raccommoder ses vêtements puisqu’elle en avait que très peu ! Elle demandait aussi beaucoup de nouvelle de sa mère et son frère, alors qu’ils étaient tout deux décédés sans qu’elle ne le sache, c’est Mme de Chanterenne qui apprendra à la princesse le décès des membres de sa famille. Et pour terminer, la princesse ne meurt pas au Japon mais en Autriche. Je vous ai épargné certains détails, je n’ai fais que rétablir la vérité par rapport au dire du manga. Par ailleurs, il est dit que c’est une autre femme qui a remplacé Marie-Thérèse Charlotte en France pour que cette dernière s'enfuit mais c’est faux, que cela soit dans le manga où dans les faits historiques, il faut savoir qu’elle a vécu enfermé, dans des prisons, il est donc normal que sa personnalité, son caractère est changé une fois sortie.

    Après ce petit point historique, peut-être assommant pour certains ? Je ne sais pas, je trouve le fait que l’auteur est volontairement changé les détails intéressants et véridique de l’histoire de cette princesse, mais aussi qu’il utilise un personnage datant du XVIII e, mais en plus de cela avec des origines Française, pour réécrire son histoire est intrigante étant donné que ce que l’on peut connaître peut s'avérer faux dans le manga ?  

    Mais il n’y a pas que l’aspect historique du manga qui m’attire, il y aussi le mélange de culture, nous avons là, deux personnages totalement opposés, l’un est shintoïste et élevé comme un japonais et l’autre est chrétienne, élevée avec la culture française, ils n’ont pas les mêmes cultures. Et pourtant, ils sont intéressants à analyser.

     

       

     

    Le proverbe : “les contraires s’attirent” est véridique dans ce manga.

    Taïga, protagoniste principal de notre histoire, un adolescent amoureux de sa voisine Anna, ils sont en total opposition en tout, que cela soit de la culture à la religion. Ils n’ont rien en commun mise à part une photo. Taïga est un garçon impulsif, il réagit sur le coup de l’émotion, il n’aime pas se laisse faire et se faire marcher dessus. Cependant, même si il a un sacré tempérament, c’est un garçon gentil qui se bat entièrement pour protéger les autres.

    Ce que j’aime chez ce personnage c’est justement son tempérament, c’est un garçon qui pense beaucoup aux autres, on ne sait pas beaucoup de chose sur lui dans ce premier tome étant donnée qu’il se retrouve pour le moment dans une situation des plus compliqué ! Mais, même si il n’est plus lui-même, il n’en devient pas fou, il essaie de trouver une solution, il n’a pas l’air d’être le genre de personnage qui s’assoit et qui attend que les choses se fassent. il est loin d’être bête, il se pose les bonnes questions et au bon moment, on voit que c’est quelqu’un sur qui on peut compter. Malgré le fait qu’il soit dans le corps d’une autre, elle essaie de trouver des solutions et je me demande comment va se passer la suite pour lui et pour la personne qui occupe son corps Marie-thérèse Charlotte puisque leur sexe on était échangé.

    En ce qui concerne Marie-Thérèse Charlotte, on ne sait que très peu de chose, elle n’apparaît pas beaucoup, seulement quand il faut manger, rien que dans ce premier tome, on comprend que dans son passé, elle n’a pas pu manger à sa faim et que cela à eu des répercussion quand elle a été ressusciter puisqu’elle n’apparaît que pour manger comme je vous l’ai dit mais, elle ne mange pas qu’un peu, elle mange beaucoup, tout ce qu’elle trouve ! Le fait qu’elle occupe le corps de Taïga rend les chose plus difficile à la fois pour lui mais aussi pour elle. Ils ne peuvent pas changer de forme physique en publique mais ils ne peuvent pas non plus être séparés et pour couronner le tout, ils ne peuvent se parler uniquement via leur conscience.

    Passons maintenant à Anna, voisine de Taïga, celle qui souhaitait ressusciter la princesse de France, on ne connaît pas ces motivation encore, ils n’ont pas été dévoilé. Mais de ce que j’ai pu voir dans le manga, c’est une jeune fille timide, n’ayant d’yeux et d’intérêt que pour la princesse. Là encore, nous ne savons que très peu de choses la concernant, nous savons que sa mère n’est plus présente et qu’elle a été élevé par son père mais nous n’en savons pas plus.

    De même pour Taïga qui est élevé par sa grand-mère, je me demande bien ou son passé ses parents… En faite, je me demande si un seul protagoniste masculin possède des parents dans un manga car il est fréquent qu’ils soient très absent au contraire du protagoniste féminin. Je me demande bien pourquoi ce choix.

    Mais pour en revenir à Taïga, on ne sait pas si ce personnage a connu l’amour maternelle et paternel ou si il n’a connu que le kung-fu et sa grand-mère au caractère quelque peu déjanté ?

    Ensuite, passons à un autre protagoniste, je le trouve assez marrant et bête au passage mais je ne sais pas pourquoi, j’ai comme le pressentiment qu’il est un fauteur de trouble ? Tout ce qu’on apprend sur ce personnage est qu’il s’agit d’un lâche, dragueur invétéré qui se pense beau et irrésistible alors qu’en vérité il est complètement stupide et c’est ce que j’aime chez lui, il est bête et ça le rend drôle ! Par ailleurs, si vous comparez entre le mignon petit garçon et le lycée qu’il est devenu, j’aurais plus de pitié pour ce garçon qu’envie de sortir de lui. Il donne l’impression d’être faux, de porter un masque car on le voit bien qu’il est très attaché à son ami Taïga.

    Nous avons donc là, quatre protagonistes, tous diamétralement opposé ce qui fait qu’on a droit à des situations, des répliques assez comiques où à plusieurs reprises j’ai pu rire. Je ne suis pas encore attachée aux personnages mais je les apprécie beaucoup et j’ai hâte de découvrir ce qu’ils vont devenir dans les prochains volumes, notamment les trois premiers que j’ai pu vous décrire. Pour ce qui est de Mamoru, je me demande si le mangaka ne va pas l'éclipser ? C’est une question qui se pose étant donnée qu’à la fin du manga, de nouveaux personnages entre en scène et que Taïga changera d’école pour entrer dans celui d’Anna, un lycée pour fille.

      

    Les dessins, ils ne sont pas spécialement spectaculaire, ce n’est pas un coup de coeur de ce côté là, cependant, mon chara-design favoris est celui de Marie-thérèse Charlotte, il n’y a pas à dire, c’est l’une des protagonistes que je trouve la mieux dessiné vous ne croyez pas ?

    Le chara-design d’Anna n’est pas vraiment incroyable non plus, je dirais même qu’elle est banale, tout comme Taïga même si il dégage un petit quelque chose je dois dire ! Mamoru lui, avec ses lunettes il a vraiment une allure de crétin fini, il n’y a pas à revenir dessus je pense… Par contre, le père de Anna me fait penser à un petit diable avec ses cheveux en forme de corne et son menton en forme de fesse !

    Pour ce qui est du chara-design des autres protagonistes, ils ne sont pas très poussés mais pas désagréable, ils sont simples, par contre, les expressions faciales sont excellemment bien retranscrit, on comprend très facile quel sentiment surgit chez tel personnage.

    J’aime beaucoup comment le mangaka nous envoie une expression via le regard, par exemple le regard chez Anna est très persuasif, on sent qu’il vaudrait mieux écouter sinon ça va barder !

    Je pense que la façon dont l’auteur dessine les expressions, les regards font que c’est un coup de coeur, c’est assez étrange à vrai dire puisque je ne suis pas fan des chara-design des protagonistes mais je suis totalement sous le charme pour ce qui sont des expressions et des regards dessinés… Par ailleurs, l’auteur a le sens du détail, il est très précis dans ses dessins comme on peut le voir à plusieurs reprises.

     

    Pour conclure, je dirais que j’ai littéralement adoré le manga, je pense que c’est le genre de manga qu’il faut lire en deux fois pour ne pas que l’humour tue l’humour. Je suis également captivée par l’histoire et j’ai hâte de voir son évolution notamment pour les personnages.

    J’ai lu à plusieurs reprise le manga tellement il m’avait plu et je ne vous cache pas que le tome deux est attendu avec une très grande impatience !

    Voilà, la review se termine, j’espère qu’elle n’aura pas été trop longue pour vous et qu’elle vous a plu, n’hésitez pas à commenter, cela fait toujours plaisir et encourage aussi pour continuer ! Je vous à bientôt pour une prochaine review !

     

    BakaNekoReviews de Minokoto
    Admin du blog passionnée de mangas, animés et surtout de japanimation en générale mais surtout du monde web. On m'appelle aussi la dévoreuse de livre !

     


    votre commentaire
  • Synopsis
     
    Le jeune Hachiman a une vision des plus pessimistes de la vie. De toute façon, sa situation actuelle ne le pousse guère à déborder d’optimisme : pas d’amis, pas de petite amie et sa capacité à envisager l’avenir est totalement nulle. Pour le faire changer, sa conseillère d’orientation le pousse à rejoindre le « Club des Volontaires » qui vise à aider les lycéens à résoudre leurs problèmes et à réaliser leurs rêves. Néanmoins, ses ennuis ne font que commencer : déjà forcé à se remettre en question, Hachiman apprend qu’il doit coopérer avec Yukino, une élève, aussi brillante que sarcastique et antipathique, qui ne lui laissera aucunrépit.
    La rencontre de ces deux lycéens aux caractères si différents risque de créer des étincelles. 
    INFORMATIONS
    .


    TITRE : My Teen Romantic Comedy
    Auteur : Wataru Watari
    ILLUSTRATEUR : Ponkam 8

    Genre : Light novel
    NOMBRE DE Tomes: en cours
    ÉDITEUR : Ofelbe
    prix : 13.99€
     

     

     My Teen Romantic Comedy, light novel sorti en 2011 au Japon, possède un animé et un manga à son nom. Le light novel, paru en France en 2018, le 15 mars plus précisément chez Ofelbe, la parution du manga quant à lui, se fera chez OTOTO avec la sortie simultanée des tomes un et deux de cette série.

    J’ai beaucoup apprécié ce premier tome, il donne le ton et la couleur que prendra la suite des événements. My Teen Romantic Comedy est bien le premier light novel de genre School Life et Slice of Life et j’espère pas le dernier ! Toutefois, cette lecture était un véritable régale, j’ai pu découvrir à l’intérieur tout une pensée décrite par l’auteur. Cependant, cette pensée est organisée dans chaque personnages différents afin donner une histoire plus réaliste mais aussi comique et attachante.

     

    Pourquoi ?

     

    Tout d’abord, l’histoire n’est pas spécialement original, nous assistons à la vie de lycéen banal qui ont du mal à communiquer avec les autres alors, pour parfaire ce handicape, chacun tentera par ses propres moyens de se créer la technique pour contourner ce manque de communication. Toutefois, le roman possède une originalité, qui n’est autre que le fait que le héro méprise ce que l’on appelle la “jeunesse”. Nous en avons même toute une explication au début du roman pour appuyer sa thèse mais aussi que tout au long du bouquin, il donne différent argument pour appuyer une fois de plus son opinion. Cependant, à la fin, ce n’est plus véritablement la même, son avis évolue mais reste tout de même dans la méprise de la “jeunesse”.

    Par ailleurs, dans postface, nous avons même l’avis de l’auteur et j’ai pu me rendre compte que l'écrivain partage le même avis que son protagoniste principal, mais nous traiterons en détail cela plus tard.

     

    Nous avons donc une transposition des pensées de l’auteur à travers son héro, ce qui rend à la fois son light novel : réaliste et prenant étant donnée que nous avons des arguments à l’appuie. Mais ce n’est pas tout, nous avons aussi beaucoup de référence dans le monde du manga ce qui est vraiment génial, c’est bien l’un des premiers Light Novel que je connaisse qui utilise ce genre de références mais pas seulement, il y a aussi des références intellectuelles avec la philosophie, j’ai même été surprise de voir une série très connu provenant d’Amérique et plus précisément des Etat-Unis !

    A vrai dire, ce qui m’a le plus emballé dans la lecture de ce livre c’était le fait qu’il ne soit pas “long” dans le sens où il ferait cinq cent pages voir plus comme les light novel de Sword Art Online de chez Ofelbe. Le fait que My Teen Romantic Comedy possède un peu plus de deux cent pages environ fait qu’on peut facilement estimer la fin de la lecture et donc se dire : “je le lirai trop vite si je lis Xpages alors j’étale ça et organise ma lecture de X façon”. Mais pas seulement, ce n’est pas uniquement le nombre de pages qui jouent sur notre esprit mais aussi le fait, que l’écriture est fluide, légère d’autre fois sarcastique et les mots ne sont pas compliqués, le livre est à la portée de tous.

    De plus, nous ne sommes pas assommés par la lecture bien au contraire, le narrateur du roman est interne, c’est le protagoniste principal qui nous narre son histoire petit à petit. il nous fait participer en posant des questions implicites, j’entends par-là que nous avons l’impression qui nous questionne sur notre avis alors qu’en vérité, il se pose la question à lui-même comme nous il peut nous arriver de le faire. Mais la encore, ce n’est pas uniquement les questions implicites qui attirent notre attention, il y a aussi le fait que nous sommes interpellés à réagir quand il dit “au lecteur” à certains moment ou “vous” en parlant de nous.

    Je n’ai pu être que captivé grâce à ces éléments mais aussi par le fait que je me sentais proche de certaines pensées écrites de l’auteur, tout comme des protagonistes ou je trouvais une partie de moi.

    Par conséquent, nous ne sommes pas passifs durant la lecture ce roman contrairement à d’autres, nous sommes actifs et nous veillons à ce qu’il s’en dit.

    Ce premier volume m’a vraiment fait une bonne impression pour la suite, l’histoire comme j’ai pu le dire est prenante mais aussi attachante, les évènements sont plutôt inattendu, voir imprévisible et certaines scènes sont ou deviennent comiques grâce aux retournement de situation.

    Je ne pensais que certains évènements arriveraient et pourtant si. Je trouve l’histoire et les protagonistes assez intéressants dans le sens nous avons plusieurs adolescents différents les uns des autres, on assiste à leurs évolutions mais aussi leurs échecs, leurs peurs ou bien même leurs tourments.



    Pour ce qui sont des protagonistes, nous avons au début : Hachiman Hikigaya, il n’y a pas beaucoup de chose à dire sur lui, on apprend à le connaître au travers du livre et pour ce qui en ressort du tome un, il me fait penser à un vieil homme dans ces propos concernant la “jeunesse”. Il vit sa jeunesse, il ne l’a pas vécu ou alors, il en a eu un certain vécu et c’est uniquement parce qu’il est frustré qu’il donne de tel propos. Oui, selon moi Hachiman est frustré ! Il n’a pas eu d’ami, comme beaucoup d’adolescent, il s’est fait rejeté, il est entré dans certains malentendu qui l’ont rendu triste si on peut dire cela comme cela, par conséquent, il est frustré. Je pense que si ça avait un personnage qui aurait vécu ce qu’il souhait il ne l’aurait pas été et il n’aurait pas été intéressant à analyser.

    De plus, il me donne la nette impression qu’il espère toujours quelque chose ou que pour lui la vie ne vaut pas la peine d’être vécu, que c’est un lourd fardeau…

    Si Hachiman avait été réel, je ne pense pas que j’aurais été son ami pour la simple raison qu’il est déprimant. Il ne donne pas envie à ce qu’on lui parle, il ne fait pas d’effort et ça il le démontre parfait. Cependant, la qualité qu’il peut avoir c’est qu’il assume parfaite ce qu’il fait. Mais je me posais une question, est-il vraiment honnête avec lui même quand il dit qu’il n’a pas besoin d’ami ? Je ne suis pas sur, il a certes développé son sens de l’imagination mais l’homme à besoin d’un autre être humain près de lui pour lui parler, échanger, vivre, avoir des avis mais surtout pour évoluer. C’est en partie grâce au contacte d’autrui que nous évolu, l’homme est perfectible dans le bon comme dans le mauvais sens.

    Toutefois, si il est honnête avec les autres, je ne pense pas qu’il le soit avec lui même, pour le moment, nous avons un personnage négatif, terne, mort de l’intérieur, j’ai hâte de lire la suite pour voir si il va changer, s’illuminer et changer d’avis sur sa fameuse théorie de la “jeunesse”. J’ai hâte de voir son évolution.

     

    Pour ce qui est de Yukino Yukinoshita, on ne sait que très peu de choses sur elle. J’ai bien pu apprendre certains éléments sur elle qui concerne sont passés, je ne sais que très peu de choses sur la Yukino du présent. D’après ce que l’on apprend dans le Light Novel, c’est jeune fille très populaire au contraire de Hachiman, elle est reconnu par sa beauté, son comportement et notes admirables, douée dans tout ce qu’elle entreprend, elle est admirée et enviée de tous les élèves. Elle serait le genre de fille qu’on appellerait “beauté de glace” car quoi que tu dises, son visage, son expression ne changera pas. J’apprécie beaucoup cette jeune fille, elle n’a pas la langue dans sa poche, si elle veut dire quelque chose, elle le dira. Par ailleurs, j’ai pu constater, même si en vérité, c’est ce qu’elle nous raconte, si elle s’isole, ce n’est pas parce qu’elle le souhaite mais simplement par hypocrisie des autres filles qui pourrait profiter d’elle. Elle ne souhaite pas une amitié où les autres en tirer avantage et pas elle, elle ne croit pas d’ailleurs à l’amitié, me semble t-il.

    Ce que j’aime chez Yukino c’est le fait que si quelqu’un a un problème, elle l’aidera, peut importe le prix, c’est une jeune fille loyale et fidèle à ses valeurs. Mais j’ai aussi pu remarquer qu’elle n’est pas uniquement ce qu’elle prétend être: une fille de glace. Elle ressent et peut être submergée par différentes émotions, elle peut très bien être gênée, embarrassée ou avoir honte. Au contraire de Hachiman, elle n’est pas passive comme lui à attendre que les choses se passent.

    Cependant, si les deux personnages n’évoluent pas dans le roman, leur relation elle, elle évolue contre toute attente. Si au départ, ils ne se parlaient pas, ils le feront de plus en plus et c’est au travers de leurs insultes qu’ils expriment et racontent leur passé.

     

    Ensuite, pour ce qu’il s’agit ed Yui Yuigahama, au départ nous avons une fille, elle mais qui se fait passer ce qu’elle n’est pas, elle est superficielle. Elle veut prétendre avoir confiance en elle et veut inspirer le rester. Pourtant, Yui est ce que l’on appelle plus communément : un mouton, elle suit les autres, leurs opinions pour se faire accepter. Toutefois, elle changeait grâce à nos deux acolytes, elle suivra moins les autres et osera donner son avis, même si elle doit se faire critiquer. Yui est celle qui est évolue le plus dans le roman même si elle au début, elle n’a aucune confiance en elle, qu’elle est fausse, qu’elle est un mouton, c’est une jeune fille qui s’assume un peu plus qui s’affirme vers la fin du roman. Ce que j’aime dans ce personnage, bien qu’elle soit un peu bête, lente à la détente, je me reconnais en elle dans le sens où oser se confronter aux autres n’était pas possible, trouver le courage de le faire, de s’assumer et un grand pas vers le changement.

    Yui est la protagoniste la plus sincère dans ses sentiments, elle exprime ce qu’elle ressent même si elle est très maladroite.

     

    Zaimokuza Yoshiteru est le genre de personnage qu’on peut voir dans Chûnibyô, il pense avoir des super-pouvoir, vivre dans réalité alternative, mais sait-il que tous ce dit est faux ? Je l’espère sincèrement pour lui ! On ne peut pas dire grand chose sur lui, il n’apparaît que très peu dans le manga mais l’impression qu’il m’a laissé n’est autre le fait que c’est un personnage lourd. C’est le genre où tu as envie de lui dire de se taire alors qu’il n’a pas encore ouvert la bouche mais que tu sais qu’il va dire une sottise.

    Je ne vais pas vous faire tout les personnages du livre tout de même, il y en reste bien trop à pas mal à traiter et surtout, je ne veux pas vous gâcher le plaisir de les découvrir !

    J’en viens donc à vous présenter mon dernier ou plutôt dernière protagoniste, celle qui est l'élément moteur et qui a rassemblé notre belle bande de bras cassé, une femme de caractère, qui n’a peur de rien et qui prend son rôle de professeur très coeur, quelque peu sadique je vous l’accorde, qui se délecte de la souffrance de ces élèves et qui rit d’eux dans l’ombre je vous présente mademoiselle : Hiratsuka Shizuka. On ne sait que très peu de choses la concernant mais on peut percevoir qu'elle a souvent eu des déception amoureuse…

     

    Pour ce qui sont des dessins de Ponkam 8, je les trouve extrêmement beau, bien plus beau que ceux de l’animé, je trouve dommage que ce ne soit pas le même dessinateur pour l’animé.

    A vrai dire, je suis complètement fan de leur dessin, ils sont magnifiques et c’est un véritable coup de coeur. Je ne saurais pas vraiment quoi dire dessus, il y a en trop peu pour que je puisse juger et ils sont en partie en gros plan, les dessins sont vraiment centrés que sur les personnages. Leurs traits sont fins je dirais et plutôt attirant même. Mais je vous en dirais plus quand j’aurais lu le tome 2 !

     

    Pour conclure, je dirais que ce light novel est vraiment comme je l’attendais, il dépasse même toutes mes espérances ! C’est un véritable coup de foudre pour le coup !

    Ce premier volume est assez drôle, et les situations comiques. Ca change vraiment de mes lectures habituelles et c’est ce que j’aime chez ce roman. De plus, j’ai pu remarqué que l’auteur avait fait une sorte de jeu de prénom, si vous regardez bien et analysez tous les prénoms des protagonistes leur nom de famille se ressemble quelque peu. J’aime beaucoup ce jeu de prénom, c’est une marque de l’auteur qui lui est personnelle, jusqu’à présent, je n’avais lu de light novel aussi personnel ! Les propos de l’auteur à travers son Hachiman sont les mêmes que dans la postface c’est à ce demander si on ne lit pas le journal intime de l’auteur et qu’il y aurait raconté un peu de fiction !!

    Voilà, je pense en avoir dit assez, j’espère que la review vous a plu et on se dit à bientôt pour la prochaine, n'hésitez pas à laisser des commentaires, cela fait toujours plaisir !

     

    BakaNekoReviews de Minokoto
    Admin du blog passionnée de mangas, animés et surtout de japanimation en générale mais surtout du monde web. On m'appelle aussi la dévoreuse de livre !

     


    2 commentaires
  • Synopsis
    Naho ne peut se résoudre à imaginer un futur dans lequel Kakeru ne serait plus de ce monde. Aussi, la jeune lycéenne réussit à prendre sur elle, et à suivre les recommandations inscrites sur la lettre qu'elle a reçue. Pourtant, un jour, elle réalise que les événements commencent déjà à différer de ceux qui lui avait été prédit. Mais alors qu'elle se sent incapable d'en faire plus, son ami Suwa lui fait une étonnante révélation !
    INFORMATIONS
    .


    TITRE : Orange
    MANGAKA : Ichigo TAKANO & TOKIUMI Yui
    Genre : Light novel
    NOMBRE DE Tomes: 3
    ÉDITEUR : Akata  & Nishita Edition 
    prix : 12.99€
     

    Orange, manga de Ichigo Takano, adapté par la suite en animé de douze épisodes puis en Light Novel avec à son compte seulement trois tomes. C’est Yui Tokium l’autrice qui transforme le manga en roman en prenant en compte chaque événements à la lettre, elle réussit avec brio à écrire les trois tomes paru chez Akata dans la collection So Shôjo.
    J’ai vraiment adoré ce dernier volume, il respecte bien les codes de la mangaka mais aussi, l’autrice découpe le roman en trois parties, ce qui nous permet d’apprécier grandement le roman.

     

    Pourquoi ?

     

    Nous retrouvons donc notre petite bande d'ami dans ce dernier volume décisif pour Kakeru qui décidera de si il veut vivre ou non, j’ai vraiment été prise par la lecture. La lecture est fluide comme toujours, les mots sont simples et parfois cru, j’ai pu être surprise à certains moment du langage de tel ou tel personnage tellement les mots sont à l’opposé du caractère ! Toutefois, c’était un très bon roman que j’ai dévoré en seulement quelques jours. En plus de cela, j’ai relu le livre deux fois tellement j’ai apprécié et pourtant, je ne suis pas du genre à relire un roman…

    Pour ce qui est de la structure du roman, il est coupé en trois partie, nous avons également des dessins du mangas qui sont joint à l’intérieur du livre.

    Comme j’ai pu le dire, l’histoire est coupé en trois parties, la première n’est autre que celle où Suwa, Hagita, Naho, Takako et Azusa alias Azu, doivent essayer de le sauver coûte que coûte en ayant recours à la lettre de leurs doubles dix ans dans le futur, cette partie pourrait donc s’intitule “Si kakeru avait été sauvé. La deuxième partie porte le nom de “Si Kakeru n’avait pas été sauvé” et “la dernière partie, Naho et les autres, dix ans plus tard.

     

    Concernant la première partie, nous avons donc une course contre la montre pour sauver Kakeru, la petite bande avaient d’ailleurs tout prévu grâce à la lettre mais cela n’empêche pas l’inévitable, même si grâce à eux, Kakeru prend la décision de vivre. J’ai beaucoup aimé cette partie du roman étant donnée que nous savons comment il a été sauvé. Cependant, même si nous savons que Kakeru sera sain et sauf, j’ai trouvé intéressant de savoir ce qui le sauve vraiment. Les événements ont certes été précipité mais c’est bien mieux, si le roman avait plus développait certaines parties, le livres auraient été plus long et peut-être plus chiant ? L’auteur décide d’aller à l’essentiel.  

    Au contraire de la deuxième partie où là, nous voyons l’histoire parallèlement, j’entends par-là, que lorsqu’il décide de se suicider, il ne pense qu’au fait de demander “pardon” à sa mère, il ne pense pas à ses amis, ni à Naho. Dans cette partie, tout ce qui intéresse Kakeru c’est sa mère, s’excuser auprès d’elle car il pense qu’il n’a pas le droit vivre, qu’il l’a tué. Il porte un lourd et ne le partage avec personne, il est bien plus malheureux, triste, renfermé sur lui que dans la première partie.

    Si je devais comparer les deux parties, je dirais que Kakeru est plus ouverte, plus “heureux” dans certains moment, qu’il parle de ses soucis et donc, il exprime ce qu’il ressent, si il ne l’avait pas fait, qu’il aurait tout gardé pour lui peut-être qu’il se serait produit l’irréparable. Mais, grâce aux lettres, aux changement de ses ami(e)s, du fait qu’il tombe amoureux et qu’il est concrétisé, il souhaite vivre, il ne veut pas renoncer à sa vie. C’est ce que j’ai aimé en lisant les deux parties, voir quelle tournure aurait pris le roman SI il n’y avait pas eu de lettre et donc, qu’il aurait perdu la vie.

    Ensuite, la dernière partie du livre concernent Naho et ses ami(e) sans Kakeru, Naho est mariée à Suwa comme vous le savez, du moins je l’espère… Dans cette dernière partie, nous apprenons comment l’idée de la lettre leur est venu à l’esprit, nous apprenons que chacun d’eux souffres et que la disparition de leur ami de lycée a mit une certaine distance entre eux, distance brisé le jour où ils se revoient tous et qu’ils échafaudent leur idée de sauver Kakeru.

    J’ai trouvé ce moment très touchant, pas aux point de pleurer mais j’en ai tout de même eu le coeur serré.

     

    L’auteur touche son public avec un sujet sensible, bouleversant : la perte d’un proche, elle est liée à une histoire de monde parallèle où les événements peuvent être différents, modifiés grâce à une aide extérieur. C’est un manga original conçu par l’auteur, je ne pensais en aucun voir ce genre de manga apparaître un jour et qu’ensuite ce manga serait adapté en livre. C’était une sacré surprise je peux vous le dire, mais je ne regrette pas, il valait vraiment le coup  d’être lu et je suis contente de connaître enfin l’histoire ce manga, grâce à ce roman. D’ailleurs, l’auteur démontre parfaitement le parcours des différents personnages, il est conforme aux attentes de la mangaka !


    Passons donc au Protagoniste : Naho, a beaucoup mûri depuis le premier tome, elle est beaucoup plus sûr d’elle, elle est plus en à l’écoute en prenant en compte cette fois-ci des sentiments d’autrui, elle comprend donc un peu plus même si elle n’en reste pas moins maladroite... Elle exprime également et enfin ce qu’elle a à dire, elle garde pas pour elle ses opinions ou sentiments, elle décide de grandir et d’assumer ce qu’elle ressent, elle prend conscience qu’elle est faible mais qu’elle peut très bien se débrouiller seule sans toujours se reposer sur ses deux fidèles amies. Elle agit enfin comme une grande sans se faire materner. On peut aussi observer qu’elle a bien plus de volonté, elle décide pour elle ce qui peut-être bien que cela soit pour ses ami(e)s ou bien pour elle-même, elle fait en sorte de ne plus avoir de regret.

    Je trouve l’évolution de Naho vraiment positive, au départ, je ne pouvais me “l’encadrer” que cela soit dans l’animé ou dans le roman, Naho était insupportable pourtant, le fait qu’elle est reçu cette lettre du futur, l’a forcé à agir et à se réveiller de son quotidien assez confortable.

    Toutefois, Naho est aussi la protagoniste avec le plus de responsabilité sur les épaules contrairement aux autres, même si ses ami(e)s ont le même objectif qu’elle, ils n'ont pas ce poids qu’elle porte puisque c’est en partie grâce à elle, à l’amour qu’elle porte à Kakeru qu’il choisit de vivre !

    Je peux donc affirmer que le fait que Naho ait eu une lourde charge sur ses épaules si frêles, une responsabilité immense, elle a su grandir, changer et devenir une jeune fille qui comprend mieux le monde qui l’entour, qui comprend que la vie est importante et qu’elle doit être vécu sans regret.

     

    Mais ce n’est pas la seule qui grandit et qui porte une lourde charge sur ses épaules, Suwa, son meilleur ami, amoureux de Naho, garde deux terribles secrets. Le premier assez évidemment et celui qu’il a des sentiments pour cette dernière mais qu’il refuse de les lui avouer car il souhaite sauver Kakeru, mais ce n’est pas la seule raison, la véritable raison est bien plus compliqué en réalité. Le deuxième secret, est le fait qu’il soit marié à Naho dans le futur et qu’il ait fondé une famille avec cette dernière.

    Suwa est probablement le personnage qui souffre le plus puisqu’il cache à la fois ses sentiments à son amie comme j’ai pu le dire mais aussi un potentiel avenir avec elle. De plus, il doit prendre sur lui et céder sa place à Kakeru pour que lui, puisse voir son amour concrétiser avec Naho. Suwa n’a donc pas le droit de goûter au même bonheur que son ami Kakeru. Pourtant, Suwa est un jeune homme qui pense bien les choses, il ne dramatise pas, il prend sur lui et agit en adulte. Il est aussi l’un dès plus mature de la bande. Ce que j’apprécie chez ce personnage, c’est le fait qu’il veille sur ces ami(e)s de loin, il conseille, prête une épaule pour pleurer mais fait aussi attention à ce qu’il passe. En plus de cela, il est prêt à évoquer, dire des phrases durs dans le seul but d’aider ses ami(e)s. C’est vraiment un protagoniste attachant et je trouve dommage qu’on ne le voit pas un peu plus !

     

    Ensuite, concernant Hagita, il est quelque peu la victime, le clown du groupe mais aussi le plus sérieux, il n’est pas spécialement développer comme Takako ou Azu, on pourrait les considérer de protagonistes secondaires. Je trouve d’ailleurs dommage qu’ils soient moins développés, j’aurais aimé apprendre à les connaître… Toutefois, de ce que j’ai pu lire, apprendre sur eux, je peux dire que Azu, c’est le genre de fille à faire semblant de ne pas voir, de laisser les choses se faire, de profiter de la vie et de rire, elle ne prend rien au sérieux. C’est typiquement la bonne copine, celle qui te donne toujours le sourire quand tu n’es pas dans assiette et c’est ce que j’aime chez elle, son côté léger, heureux de la vie est belle. Pourtant, même si les événements sont graves, elle ne dramatise pas les choses, bien au contraire, elle fait comme si elle ne les voyait. Je ne l’ai jamais vu s'énerver dans le livre… Elle n’a pas non plus évoluer

    Takako, elle, elle est un peu mère poule, elle peut paraître brusque, mais elle ne veut uniquement que le bien de ses ami(e)s, elle veille sur eux, tout comme Suwa, c’est une jeune fille qui prend les choses aux sérieux, qui à les pieds sur terre et qui s’énerve quand il le faut. Elle ne laisse pas les autres lui marcher sur les pieds, du moins, elle ne leur en laisse pas le temps ! On pu voir à plusieurs reprise qu’elle veillait sur ses ami(e)s.

    Il y a quatre scènes qui m’ont marqués : la première et la deuxième c’était avec Ueda lorsqu’elle embêtait Naho ou qu’elle voulait l'empêcher de voir Kakeru car elle était jalouse et la troisième fois c’était pour Suwa lors du nouvel an, je ne vous en dirais plus au cas où vous n’auriez pas lu encore ce dernier volume. Et la quatrième fois, je le regroupe avec toutes les fois où elle était à la fenêtre avec Azusa, Suwa et Hagita pour voir si tout se passe bien entre Kakeru et Naho.

      

    Concernant, les illustrations du roman, elles proviennent du manga d’origine, ils sont beaux mais ça je vous l’avez déjà dis ! Je ne vous ferai pas non plus un paragraphe entier pour cela étant donné que les dessins appartiennent au manga, je le ferai donc le jour où je le lirai et que je vous ferai par de mon avis.

     

    C’est donc un petit coup de cœur pour ce roman de Orange en provenance des édition Akata que je soutiens ! J’ai hâte de voir les prochains light novel qu’ils proposent !

    Pour ce qui est de Orange, j’ai beaucoup apprécié sa lecture, je ne le relirai peut-être pas une deuxième fois ou troisième fois pour ma part, je vous le conseille à vous si vous aimez Ichigo Takano avec son manga ou bien même l’animé et le film.

    Le roman est léger, il se lit très vite et il est aussi intéressant de découvrir plus de détail, de voir comment un autre auteur peut voir Orange et de pouvoir faire la différence avec le manga.

    Voilà, je pense en avoir dit assez pour ce tome et pour cette série. J’espère que l’article vous a plu, que le roman vous a plu que Orange vous a plu. N’hésitez pas de laisser un commentaire pour me faire part de votre avis, ça fait toujours plaisir et on se dit à bientôt pour une prochaine review !

    BakaNekoReviews de Minokoto
    Admin du blog passionnée de mangas, animés et surtout de japanimation en générale mais surtout du monde web. On m'appelle aussi la dévoreuse de livre !

     


    votre commentaire